Théâtre
Premier Amour de Samuel Beckett avec Sami Frey

Premier Amour de Samuel Beckett avec Sami Frey

31 janvier 2019 | PAR David Rofé-Sarfati

A 81 ans Sami Frey rejoue dans le même lieu, dix ans après sa création et dans sa propre mise en scène ce rôle impossible du savoureux personnage créé par Samuel Beckett. Le comédien de notre  patrimoine réanime sans micro son mythe, celui de Beckett et celui du luxueux Théâtre de l’Atelier.

Premier Amour est une nouvelle de Samuel Beckett, écrite en 1946 et publiée en 1970. Cette œuvre de jeunesse rassemble déjà les grands thèmes beckettiens. L’auteur triture en principal dans cette nouvelle écrite en français la nécessité de dire l’échec à dire. On y retrouve une écriture blanche désaffectée, l’humour en plus. L’inconscient y est à ciel ouvert, et l’inévitable parole, cette infortune qui condamne les hommes, balaye toute brise d’effondrement . Le tort qu’on a c’est d’adresser la parole aux gens. Le texte dense qui n’est pas à l’origine une pièce de théâtre devient un long monologue que Sami Frey incarne en un seul en scène délicatement scénarisé. Rarement ce mot d’incarner n’aura eu autant de sens tant le comédien interprète le texte non pas traversé mais colonisé par lui. 

La cruauté de l’existence humaine.

L’histoire débute après la mort du père du narrateur. Celui-ci  se retrouve chassé de sa chambre, lieu de son oisif refuge. Au fil de ses errances, il trouve asile sur un banc où, il va rencontrer Lulu. Il accepte de la suivre et s’installe chez elle. À la naissance de leur enfant, il quitte Lulu et le domicile pour échapper aux cris du nourrisson. Mais, en cherchant à fuir Lulu, il prend conscience de son amour pour elle : il m’aurait fallu d’autres amours, peut-être. Mais l’amour, cela ne se commande pas. Beckett dessine par sa chimie des mots la réalité la plus crue. Son corps et celui de cette femme participent à une sorte de  délicate expérience de laboratoire. Avec à l’horizon le mystère de l’amour. Mais les figures des vivants toujours entrain de grimacer avec le sang à fleur de peau est-ce des objets ? La plume de Beckett encore : Ce qu’on appelle l’amour c’est l’exil avec de temps en temps une carte postale du pays. 

La lecture de Sami Frey.

L’univers scénique à mi chemin entre salle de classe, navire et mobilier urbain restitue l’étrangeté et l’universalité du propos. Une sonnerie hors champ -elle est la norme, la loi et l’autorité- cadence erratiquement le temps qui passe et rappelle au personnage qu’une instance se tient au dessus de sa tête. Sami Frey s’introduit par la petite porte du décor bronze métal; un plateau réduit à deux bancs dans une coursive. Vêtu d’un vieux pardessus, une besace en bandoulière il s’empare immédiatement du public. Devant l’élan invisible du coeur des spectateurs, il s’amuse à renoncer, rebrousse chemin pour revenir. Il s’assoit. Son visage se pare d’un imperceptible sourire qu’il offre à son personnage et au texte de Beckett. Et sans micro, de sa voix au timbre reconnaissable entre tous et au rythme si singulier, il raconte comment il fut chassé de chez son père, puis la rencontre avec Lulu la prostituée et son installation chez elle. Enserrant son chapeau tel un enfant,  il se confie à nous de sa difficulté à vivre. Embrassant toutes les composantes du texte, le personnage inventé par l’immense Sami Frey nous tient chronique de cette expérience de laboratoire qui est sa vie comme le ferait un observateur extérieur avec une curiosité, un étonnement, une désopilante autodérision; avec cette délicatesse requise par le texte et que le comédien restitue avec élégance. Chaque mot du texte est entendu. Chaque phrase est saisie, pénétrante. La soirée restera inoubliable.

 

 

Premier amour de Samuel Beckett
Avec Sami Frey Créateur lumière – Franck Thévenon
Production – Théâtre de l’Atelier, Paris

Théâtre de l’Atelier
Du Mardi 29 janvier au dimanche 3 mars 2019
À 19 h, du mardi au samedi À 11h, le dimanche

 

 

Credits photo Hélène Bamberger-Opale

Infos pratiques

Odéon Théâtre de l’Europe
Les Gémeaux
theatre_de_latelier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture