Théâtre
Pour sa 17ème édition, le très attendu Festival 30/30 de Bordeaux démarre en dansant

Pour sa 17ème édition, le très attendu Festival 30/30 de Bordeaux démarre en dansant

24 janvier 2020 | PAR Eriksen

Nouvelle édition de 30-30 – rencontres de la forme courte en Nouvelle Aquitaine, du 21 janvier au 1er février. Merci à Jean Luc Terrade et son équipe de remuer nos hivers depuis 17 ans. Une trentaine de spectacles s’offrent à nous en des formats de 15 à 45 min de cirque, musique, théâtre, danse, performance, et combinaisons diverses. L’heure est à l’hybridation et l’indifférencié comme terrains de la liberté…

La danse était au programme de ce mercredi soir. En première partie, BSTRD de Katerina ANDREOU (40 mn) : une jeune androgyne portée par le son. BSTRD pour « bastard » sans les voyelles… bâtard, impureté, mélange, indétermination. Le temps des deux faces d’un vinyle, Katerina ANDREOU, danseuse et chorégraphe grecque basée en France, explore les frontières entre liberté/contrainte, ado/adulte, homme/femme. L’espace scénique est une estrade losangique noire pointée vers la salle, avec sur le côté un flash dirigé vers le public et au fond une platine sur une enceinte. Il en sort un rythme puissant, entre musique ethnique et musique militaire, 2 x 4 mesures presque toujours les mêmes, inexorable contrainte mais aussi support de liberté. Portée par le son, le corps de Katerina Andreou sait dire cette liberté. Le personnage met du temps à se montrer de face, comme s’il fallait un apprivoisement. Elle construit une relation au public qui mélange timidité, appel, contournement, séduction et provocation. De l’humour aussi : « We need silence for the piece » orne le fond de scène. Elle a parfois l’air faussement détaché et inquiet d’une gamine venant challenger les rappeurs mâles sur l’agora du coin. Elle provoque… jusqu’à jouer sur la lassitude du public. La fin est un peu confuse, mais le spectacle est riche.

En seconde partie, BLUE PRINCE BLACK SHEEP de Carlotta SAGNA ET Amancio GONZALEZ. Ce dernier – parfois il, parfois elle – incarne un danseur d’âge avancé, multi-langue et multi-nation, assis au milieu de cent chaussons de danse, comme autant de paires qu’il porta. Il en recoud minutieusement les pointes – gages de stabilité – faisant confiance à la technique et à l’expérience pour durer encore un peu. Les séquences dansés suggèrent la pesanteur et la légèreté, l’aérien et le handicap. Il est parfois installé sur les pointes comme aux premières loges du monde, parfois instable comme une princesse chinoise debout sur ses pieds contraints. Dans les intermèdes, se développent des monologues incertains qui parlent de souffle, de gravité, de temps et d’effacement. Quand il ne coud pas, il manipule ses chaussons, autant d’étapes ou de souvenirs, autant d’invités à une soirée d’adieu qui finit en chaos, autant d’utilisations oiseuses de ses chaussons devenus inutiles.

Dès le premier jour dans la métropole Bordelaise, Trente-trente nous transporte, de la promesse de l’aube au chant du cygne. Nous attendons la suite avec impatience.

 

Teaser – Trente Trente – 17e édition from Trente Trente on Vimeo.

BSTRD
Chorégraphie et interprétation : Katerina Andreou
Création son : Katerina Andreou en collaboration avec Eric Yvelin
Lumières : Yannick Fouassier
Régie Son : Eric Yvelin
Regards Extérieurs : Myrto Katsiki, Lynda Rahal
Production : Mi-Maï / BARK
Coproduction : Atelier de Paris CDCN, ONASSIS STEGI, Centre Chorégraphique National d’Orléans, Centre Chorégraphique National de Caen en Normandie dans le cadre de l’Accueil-studio, La place de la danse CDC de Toulouse, Ballet de Marseille.
Avec le soutien de l’ARCADI et de la DRAC Ile de France
BSTRD a été créé les 28 et 29 avril 2018 au Onassis Cultural Centre-Athènes dans le cadre du 5e Festival de Danse et joué en France le 5 juin 2018 dans le cadre du festival June Events de l’Atelier de Paris/ CDCN

BLUE PRINCE BLACK SHEEP
Concept et chorégraphie : Carlotta Sagna et Amancio Gonzalez
Texte : Carlotta Sagna
Interprétation : Amancio Gonzalez
Musique à partir de Alan Langford, The Besnard Lakes, Red Hot Chili Peppers
Lumières : Ulli Stephan
Production: Amancio Gonzalez et Carlotta Sagna
Coproduction: HELLERAU – Europäisches Zentrum der Künste Dresden, UnterwegsTheater/HebelHalle Heidelberg

 

 

Droits Photos © Pierre Planchenault

L’ESA Le 75, l’école supérieure des arts de l’image – Avoir 50 ans dans la décennie 20 ! (Entretien avec le directeur Christophe Alix)
Samia Orosemane : «  L’artiste prend toute la merde que cette vie lui donne »
Eriksen

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *