Théâtre
Pour le Festival des Ecoles, Paul Francesconi invente un conte traditionnel féerique et bouleversant

Pour le Festival des Ecoles, Paul Francesconi invente un conte traditionnel féerique et bouleversant

23 juin 2019 | PAR David Rofé-Sarfati

La Cartoucherie de Vincennes accueille jusqu’au 30 juin les spectacles de fin d’études des élèves des écoles supérieures de théâtre public. Cette dixième édition du festival des Ecoles est particulière car elle verra le départ de François Rancillac directeur sortant de l’Aquarium de Vincennes qui a imaginé cet événement et la participation voulue par Jean Lambert-wild directeur de l’Académie de l’Union de Limoges de la première classe constituée d’élèves d’outre-mer. 

Chaque saison, le Théâtre de l’Aquarium invite les écoles supérieures de théâtre à participer au Festival des Écoles du Théâtre public à la Cartoucherie. Créé à l’initiative du metteur en scène François Rancillac, directeur du Théâtre de l’Aquarium,  l’événement a inauguré, samedi 15 juin, sa dixième édition. C’est la jeunesse théâtrale de demain qui est ainsi réunie durant deux semaines, après avoir été formée durant trois années au sein des 14 écoles nationales supérieures d’art dramatique.  C’est au travers de leur spectacle de sortie, créations à part entière confiées à un metteur en scène, maître de ce tout neuf compagnonnage, qu’ils vont se dévoiler aux spectateurs, aux professionnels et aux journalistes.

Cette année l’Académie de l’Union de Limoges se destine intégralement aux aspirants comédiens d’Outre-mer pour faciliter leur insertion dans les écoles nationales d’art dramatique où ils sont sous-représentés. La promotion 2019 d’ultramarins, la toute première à en sortir, jouera une pièce écrite et mise en scène par le Réunionnais Paul Francesconi. L’auteur nous avait déjà éblouis et bouleversés avec sa pièce Mon ami n’aime pas la pluie. Aussi, envoyé spécial à Limoges nous avons assisté à la première représentation de Cargo

Dans la pénombre,  des voix psalmodient sur une piste de terre battue  qui semble attendre des avions; Eli, jeune habitante implore le ciel. Comme toute son île, elle espère un grand bateau volant, le Cargo. On raconte qu’à son bord se tiennent les ancêtres du pays des morts. Dans un futur encore inconnu, ils ramèneront grâce au Cargo, des vivres, de la boisson, de la joie, des secrets et surtout, des armes à feu qui les libéreront des étrangers qui envahissent leur territoire. Le conte se déploie sur ces croyances insulaires, sur ce désespoir des hommes à qui il manque un indicible, sur cet espoir religieux d’un totem à adorer. Paul Francesconi possède le talent et la poésie de tricoter les vieilles croyances avec les rêveries actuelles. Chaque tableau est somptueux tandis que la troupe impressionne. Quatre élèves sont d’ors et déjà admis au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris:  Shékina Mangatalle-Carey, Anthony Leichnig, Chara Afouhouye, Olenka Ilunga. Chaque comédien soutient la sincérité du récit et des dialogues au milieu d’un univers déréalisé. Un bravo un peu plus appuyé à Chara Afouhouye, admirable comédienne dont on oublie la jeunesse des acquis. La pièce, c’est le premier génie de l’auteur, tresse plusieurs thèmes en une gerbe élégante. Le syncrétisme insulaire naviguera devant nous en une fabuleuse exploration. Se bâtit sous nos yeux hypnotisés une suite de tableaux drôles ou oniriques; comme dans un rêve initiatique nous affronterons les questions du religieux, du vivre ensemble, de l’autorité du clergé, de la colonisation et de l’émancipation, de la vie et de la mort aussi. En creux la quête de l’origine et de l’amour en ceci qu’ils se rêvent tous les deux éternels car le temple sera partout là ou tu te rendras

L’ensemble est radicalement poétique et poignant. La pièce nous aura fait voyager dans des contrées si lointaines et si proches de nous à la fois. Elle est présentée du 27 au 30 Juin à L’Aquarium de la Cartoucherie de Vincennes. Elle est une enthousiasmante invitation à découvrir les autres propositions: Au coté de L’Académie de L’union – Limoges six écoles participent à l’édition 2019  : EDT 91 d’Évry, Les Teintureries de Lausanne , le éstba  de Bordeaux, le ERACM de Cannes-Marseille. Le ESCA d’Asnières  et La Manufacture de Lausanne.

 

CARGO

Auteur et metteur en scène Paul Francesconi
Scénographie Paul Francesconi, Alain Pinochet – Atelier décor du Théâtre de l’Union,
Lumière Jérôme Léger, son et musique Nourel Boucherk, costumes Eve-Céline Leroux – Atelier costumes du Théâtre de l’Union, maquillage Christine Ducouret

avec les 10 élèves comédiens de la classe préparatoire à destination de jeunes issus des territoires d’Outre-mer : Chara Afouhouye – Guyane ; Mahealani Amaru – Polynésie Francaise ; Laurence Bolé – Nouvelle-Calédonie ; El-Badawi Charif – Mayotte ; Haïthouni Hamada – Mayotte ; Ornella Hoko – Nouvelle- Caledonie ; Olenka Ilunga – La Reunion ; Anthony Leichnig – La Réunion ; Thomas Leonce – Guadeloupe ; Shékina Mangatalle-Carey – Martinique

 

FESTIVAL DES ÉCOLES DU THÉÂTRE PUBLIC

15 > 30 juin 2019 – 100% GRATUIT

lien de réservation 

 

Crédit Photos : Répétition spectacle « Cargo » à l’Académie de l’Union-© Thierry Laporte

Infos pratiques

A la folie théâtre
Théâtre Italique
theatre_de_laquarium

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *