Théâtre

Peut-on encore sauver le Théâtre Paris-Villette ?

Peut-on encore sauver le Théâtre Paris-Villette ?

03 octobre 2012 | PAR La Rédaction

Jeudi 27 septembre, alors que les compagnies d’Isabelle Lafont et de Benoît Lambert finalisaient leurs répétitions avant l’ouverture de la saison du Théâtre Paris-Villette (TPV), la décision municipale de ne pas reconduire ses subventions pour l’année 2013 est tombée comme un couperet. Le suspense quant à la survie de ce théâtre planait depuis mars dernier, les autorités municipales ne cessant de tergiverser. Ce n’est que quatre jours avant la cessation de paiement que la décision finale a enfin été rendue. La banque se refusant à prolonger ses crédits sans le soutien des autorités municipales, le théâtre Paris-Villette fermera bientôt ses portes.

Les arguments avancés par les autorités municipales sont d’ordre strictement financiers. « La Ville de Paris déplore l’impasse financière dans laquelle s’est mise la SARL Paris Villette » (Communiqué de Presse de la Mairie de Paris datant du 27 septembre 2012) et reproche à son directeur, Patrick Gufflet l’insuffisance des mesures de redressement qu’il a orchestrées. Si, dans un contexte de crise, l’on ne peut sous estimer ces considérations pécuniaires, il n’est pas moins déplorable de les voir prendre le pas sur les exigences d’ordre artistiques et culturelles. Il est ainsi essentiel de rappeler que le TPV a toujours assuré le rôle qui lui est imparti depuis sa création : promouvoir la création contemporaine. Il a en effet contribué à révéler les talents de metteurs en scènes tels que Joël Pommerat ou Benoît Lambert, comme ce dernier le rappelait hier à la suite de la représentation de Bienvenue dans l’espèce humaine.

Il est important de souligner également le manque de considération dont la Mairie de Paris a fait preuve à l’égard de l’équipe du Paris Villette en rendant sa décision aussi tardivement. Malgré son engagement de veiller au replacement des salariés dans d’autres structures et d’accompagner les compagnies programmées (et décommandées) ces derniers attendent encore des propositions concrètes. On saluera d’autant plus la décision du personnel du Paris-Villette de travailler à titre bénévole pour assurer, envers et contre tout, le bon déroulement des représentations des deux spectacles programmés en début de saison.

Si la Mairie de Paris a réaffirmé sa volonté de créer un nouveau projet théâtre au Parc de la Villette, justifiant par là le départ de Patrick Gufflet et de son équipe, force est de constater qu’aucun projet sérieux n’a encore vu le jour. Pire, les communications contradictoires se multiplient. Alors que la Mairie de Paris a annoncé la mise en place de discussions avec le Ministère de la Culture et l’équipe du Parc de la Villette, Florence Berthout, présidente du Parc de la Villette a déclaré ne pas avoir été contactée à ce propos par la Mairie de Paris. La saison dernière, le projet d’un pôle musique avait fleuri avant de se faner automatiquement.

Pour autant, des initiatives positives on d’ores et déjà vu le jour afin de sauver la place du théâtre à la Villette. Le 29 mars dernier, l’Etablissement public du parc et de la Grande Halle de la Villette a décidé de renforcer ses liens avec le Théâtre Paris-Villette en y programmant la plus grande partie de sa propre saison 2013, prolongeant ainsi le partenariat entre les deux établissements, notamment initié dans le cadre du Festival Hautes Tensions

Patrick Gufflet et toute l’équipe du théâtre appellent le public à se mobiliser, en venant assister aux représentations, en adhérant à l’association ou en signant la pétition en ligne. Un grand rassemblement est d’autre part organisé le samedi 6 octobre à 14h au théâtre. Avis aux amoureux de théâtre.

Visuel (c) Daniel Boudinet

Aïnhoa Jean-Calmettes

Khaos, le documentaire qui veut donner un visage humain à la crise grecque
Royal Affair, amour, politique et liberté dans le Danemark du XVIIIe siècle
La Rédaction

3 thoughts on “Peut-on encore sauver le Théâtre Paris-Villette ?”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *