Théâtre
Patrice Laffont prend du VIASCÈNE !

Patrice Laffont prend du VIASCÈNE !

24 octobre 2011 | PAR Thibault Bonnafoux

A plus de soixante-dix ans, l’animateur et producteur de nombreuses émissions télévisuelles se lance un défi de taille : présenter un One man show.

Beaucoup ont en mémoire son célèbre « Félindra Tête de Tigre » dans Fort Boyard ou son rôle de présentateur dans Pyramide, ce jeu « dont il n’a jamais vraiment compris les règles », mais peu se souviennent de Patrice Laffont au théâtre, notamment dans Antigone d’Anouilh, et au cinéma, dans Les Vierges de Jean Pierre Mocky ou Le Gendarme de St Tropez de Jean Girault.
L’homme que nous rencontrons l’avoue sans langue de bois : « J’ai fait seulement de la télévision car c’était un moyen d’avoir de l’argent facilement. Je ne regrette rien et la télé ne me manque pas du tout en tant que présentateur. » Les quatre représentations chaque semaine sont donc un retour aux premiers amours de ce Marseillais d’origine qui a adopté la pétanque comme secret de son éternelle jeunesse. Et justement, la jeunesse il en est question sur la scène du théâtre l’Archipel durant quatre-vingt minutes. Avec l’aide de son ami Eric Laugerias (assisté de Raphael Pottier), Patrice Laffont a écrit, « dans ses mots à lui » un véritable réquisitoire plein de sarcasme contre les jeunes d’aujourd’hui. En passant de l’indispensable téléphone portable à la musique abrutissante, l’addiction à internet, le culte des marques, ou encore l’allergie au travail et à l’effort de ces ados « à la mèche sur le front façon lévrier afghan », il ajoute une nouvelle corde à son arc celle du seul-en-scène en décrivant ce qu’il appelle le « jeuconisme ambiant ». Néanmoins, cela ne l’empêche pas de porter un regard, pareillement, acerbe sur sa propre génération afin de ne pas tomber dans le « vieuxconisme également ambiant ». Et c’est paradoxalement dans ce dernier tiers du spectacle que le « jeune humoriste » se révèle le plus drôle en se moquant du Viagra écoulé à 3,5 millions de boîte par an mais que personne ne prend. On est sûr d’une chose en tout cas, lui prend du VIASCENE, cette fameuse pilule qui permet d’être à l’aise et dynamique sur scène à l’âge où d’autre ne regarde que des Chiffres et des Lettres (dont il peut bien se moquer, lui qui en est toujours le producteur).

 

Mémoires du futur, traversée du temps par l’art
Concert privé de The DØ
Thibault Bonnafoux

One thought on “Patrice Laffont prend du VIASCÈNE !”

Commentaire(s)

  • Kévin

    Messieurs les critiques, après avoir eu quelques échanges avec vous avant le spectacle j’ai cru comprendre que nous étions sur la même longueur d’onde et que nous avions le même oeil.
    Que nenni !
    Votre critique « sympathtique » ne montre aucunement la mise en scène quasi inexistante (ou plutôt est-ce une mauvaise interprétation qui fait croire qu’il n’y a pas de bonne mise en scène).
    Là où vous fait penser à un Patrice Laffont à l’aise, j’ai ressenti tout l’inverse.
    On se demande même s’il a vraiment appris son texte ! Forcément ça ne l’aide pas et la fluidité est loin d’être au rendez-vous.

    Cependant, j’admets que j’ai 27 ans et que le public à majorité entre 35 et 45 ans a rit. Je préfère ne pas juger ce fait et laisser liberté de jugement aux lecteurs de ma critique de « jeune ».

    Bien à vous,

    Kévin

    PS : si vous aller voir ce spectacle, s’il vous plait ne dépensez pas 32€ pour un spectacle qui ne les vaut pas. Utilisez les sites internet.

    novembre 2, 2011 at 15 h 36 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *