Théâtre

Pas de deux renversant à l’Etoile du Nord le 25 juillet

08 juillet 2010 | PAR Amelie Blaustein Niddam

REPRISE  DU 9 AU 27 NOVEMBRE ,MARDI, MERCREDI, VENDREDI À 20H30, JEUDI À 19H30, SAMEDI À 16H ET À 19H30

Sophie Mourousi aurait pu intituler son petit bijou « parlez-moi d’amour », mais elle a l’élégance de la formule et sait faire parler les mots. Elle présente uniquement jusqu’au 10 juillet «Paroles affolées». Cette héritière de Joël Pommerat manie la lumière, la direction de ses (bons) comédiens et l’écriture comme seuls les plus grands savent le faire. A voir, à suivre, à défendre.

Grand plateau noir, quatre chaises, quelques projecteurs bien utilisés et deux comédiens sachant s’écouter, Julien Varin et Mathilde Lecarpentier. Nous assistons à une valse théâtrale à trois temps marquée par un déplacement dans l’espace des chaises et par un jeu de lumière/noir permettant un changement de décor donnant une illusion cinématographique.

La pièce vient déceler le rapport au langage dans le couple. La rencontre d’abord, avec  en guise de décor, la chanson Blue Moon d’Elvis. Les phrases  sont malhabiles et rigolotes «tu sais qu’tu m’plait ?», «T’é coquine toi !». On commence par rire franchement devant ce duo enjoué. Elle est dans une robe bustier pleine de tulle, hauts talons et moue boudeuse, lui se la joue dandy, visage peint en blanc,  serait t-il un clown triste ? Après la rencontre, nous assistons à une drague agressive dans l’arrière salle d’un PMU bien rose. Mots d’amour et mots de rupture bien sûr…pour cela, dans un procédé de play back au centre la scène, la comédienne vient bouger ses lèvres puis hurler « Parlez moi de lui » de Dalida , reine des couples brisés s’il en est.

La scénographie est parfaite. La gestion de la lumière permet des changements d’ambiance créant d’autres décors. Le déplacement des comédiens et leurs gestuelles, pointues et précises permettent le rire, l’attention et la tendresse.

Sophie Mourousi est bien  campée dans son époque. Elle met en scène comme elle tournerait un clip de musique. Son travail est précis, rapide et visuel à l’image d’une de ses scènes sur fond de « See you all » de Koudlam où elle laisse un temps la comédienne plantée face public, centre de gravité pour l’homme qui lui tourne autour sans la rencontrer.

Dans le cadre du festival « ON n’arrête pas le théâtre« , Paroles Affolées, mise en scène Sophie Mourousi, avec Julien Varin et Mathilde Lecarpentier, jeudi 8, vendredi 9 et samedi 10 juillet à 19H30. 14 euros Tr : 10 et 8 €. L’étoile du Nord, 16, rue Georgette Agutte , 75018 Paris, M Guy Moquet.

supplémentaire unique le 25 juillet à 18h

William Kentridge, une anima politique au Jeu de Paume et au Louvre
Sortie ciné : Predators
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. amelie@toutelaculture.com

4 réflexions au sujet de « Pas de deux renversant à l’Etoile du Nord le 25 juillet »

Commentaire(s)

  • avela

    un très très beau travail et deux magnifiques comédiens. A voir absolument !!!

    juillet 8, 2010 at 14 h 34 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *