Théâtre
Paressons intelligemment au Théâtre de la Cité Internationale

Paressons intelligemment au Théâtre de la Cité Internationale

26 novembre 2021 | PAR Margot Wallemme

Le Théâtre de la Cité Internationale accueille un spectacle de la Cie Claire Sergent, Paresse, une excellente création de Maxime Kerzanet et Chloé Brugnon librement inspirée du manifeste social Droit à la Paresse de Paul Lafargue écrit en 1880. 

Un espace-temps brouillé 

Maxime questionne le travail, la création, le rêve, la réalité, il fait part de ses doutes, questionne sa légitimité. Avec pour fil conducteur le travail, Paresse ouvre la discussion sur l’histoire des enjeux sociaux et sociétaux du passé qui résonne par le présent.  

Bien plus qu’un spectacle sur la paresse et le travail, Maxime Kerzanet et Chloé Brugnon nous immergent dans une série de boucles qui ne cessent de s’enchevêtrer, on se perd entre rêve et réalité. L’espace, le temps, les personnalités se fondent dans des questions sociales et poétiques.

Ce mélange, enrichi par la scénographie de Felix Taulelle, est nourri de nombreuses références. De Tchekhov, Büchner, à Vitez, Paresse éveille des questionnements poétiques, politiques, sensibles, qui nous concernent tous.

Le comédien et les autres

La musique et les chants répétitifs, en boucle, ponctuent la pièce. Comme des hymnes polyphoniques, ils grandissent et s’emparent de la salle. La mise en scène nous plonge dans des ambiances changeantes, contrastées, surprenantes mais en toute cohérence.

A la création d’un nouvel espace-temps et d’une ambiance particulière, s’ajoute le remuage du rapport commun entre le public et l’acteur. Car ce n’est pas un seul en scène que propose Maxime Kerzanet, les spectateurs ont leur rôle, le dialogue avec le public est si naturel que l’on parle silencieusement à un ami.

Les histoires sont imbriquées les unes dans les autres, on voyage entre réflexions, émotions, rires et surprises. La scénographie et la mise en scène intelligentes viennent sublimer les textes et le jeu du comédien. C’est un théâtre libre, qui ouvre une nouvelle dimension à la fois pour sortir et s’ancrer dans notre monde.  

 

Paresse est une pépite à voir absolument jusqu’au 7 décembre au Théâtre de la Cité Internationale.

 

Visuels : ©Christophe Raynaud de Lage

 

Polices/Tu m’loves, Sonia Chiambretto face à l’histoire perpétuelle des violences policières
Agenda culturel du week-end du 27 novembre
Margot Wallemme

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture