Théâtre
Olivier Py pourrait perdre l’Odéon

Olivier Py pourrait perdre l’Odéon

05 avril 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Armelle Héliot, la célèbre critique du Figaro annonce qu’ Oliver Py devrait perde la direction du théâtre de l’Odeon, remplacé par Luc Bondy. Le Conseil d’Administration de l’Odeon, réuni le 4 avril réaffirme son amité et sa confiance au directeur du théâtre de l’Europe. Comme le souhaitent Mesdames Claire Chazal, Martine Tridde-Mazloum et Monsieur Jean-Pierre Vincent, les trois Personnalités qualifiées qui siègent aux côtés des tutelles de l’établissement, nous rendons public leur déclaration.

« Pour la première fois, depuis que nous avons la chance de faire partie de ce conseil d’administration, cette séance s’est déroulée dans un climat particulièrement serein et optimiste et nous avons salué le geste très positif de la tutelle qui a trouvé les moyens nécessaires à l’accompagnement du projet de l’Odéon. Mais s’il est vrai que la réussite de ce théâtre nous semble due à l’attention et à la confiance renouvelée du Ministère de la Culture, il faut d’abord l’attribuer aux talents d’Olivier Py et de tous ceux qui l’entourent.

Tandis que nous concluons ce CA, une rumeur relayée par Le Figaro ce matin tombe de manière absolument regrettable et inexplicable. Sans doute n’est-ce qu’une rumeur mais nous
voulons réagir, las de la légèreté avec laquelle est appréhendé parfois le travail considérable accompli dans des établissements comme l’Odéon. Las, précisément parce que cette saison encore est un succès de fréquentation incontestable, que toutes les générations de créateurs sont représentées, que les objectifs de recettes sont tous dépassés, qu’à côté de textes audacieux sont présents les grands textes du répertoire européen, que cette mission particulière de l’Odéon est remplie avec une inventivité remarquable depuis l’association d’auteurs européens, de commandes à de grands metteurs en scène, jusqu’à la reconnaissance de son projet, pour la première fois dans l’histoire de l’Odéon, par la Commission européenne. Ce dernier projet, engagé pour 5 ans avec 5 autres partenaires européens, est exemplaire parce qu’il n’est pas un réseau de plus mais bien un questionnement par le théâtre des enjeux au coeur de l’idée même de l’Europe. A l’image des programmes littéraires et philosophiques qui sont devenus des rendez-vous incontournables de cette maison, Olivier Py n’a de cesse de faire de l’Odéon un carrefour intellectuel et esthétique. Exemplaire également en ceci qu’il est pensé avec une conscience aiguë des spectateurs. Rajeunissement et élargissement des publics, actions développées en direction des publics scolaires, éloignés ou défavorisés.

Cette expérience unique est une réussite aussi parce qu’elle menée par une personnalité, Olivier Py, qui dans un engagement total fait rayonner ce théâtre bien au-delà des cadres conventionnels. Cela ne se fait pas en un jour, et aujourd’hui récolter les fruits de tout ce travail ne peut que nous réjouir. Cela s’est fait en 4 ans, ce qui est bien peu en réalité au regard des résultats. Nous savons que pour faire vivre un théâtre, il faut du temps, comme pour toute institution, 4 ou 5 ans c’est important mais insuffisant pour embarquer en haute mer un vaisseau comme l’Odéon. Nous trouvons donc très regrettable cette rumeur, et souhaitons de tout cœur qu’elle soit infondée, il y en a eu tant dans nos métiers… En attaquant ce que beaucoup considèrent comme un modèle, c’est un espoir qui serait mis a mal.

Aujourd’hui, absolument aucune raison ne peut justifier une sanction de l’équipe qui a formidablement travaillé et qui continue de le faire. »

Olivier Py a été nommé sous la présidence de Jacques Chirac. Doit-on voir une sanction de la part de Nicolas Sarkozy vis à vis du spectacle Adagio? Mitterrand y apparait comme le stratège, l’intellectuel, l’écrivain, le fou des livres. Olivier Py y dresse le portrait d’un homme complexe, à l’intelligence incontestable, d’une immense culture. Adagio ne peut qu’apparaitre comme un manifeste nostalgique et sensible pour un retour à une politique sans paillettes.

 

Le magazine Colors célèbre les super héros ordinaires
Drôles de Dames
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

One thought on “Olivier Py pourrait perdre l’Odéon”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Soutenez Toute La Culture