Théâtre
Oleanna, dans le tourbillon angoissant de David Mamet

Oleanna, dans le tourbillon angoissant de David Mamet

27 juin 2012 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Un bureau, un gars, une fille, lui est un peu plus vieux, il est prof, elle est son élève, la relation tourne doucement au carnage pour poser une seule question : quel est le prix de mon libre arbitre ?

Oleanna se déguste comme un très bon polar. Ça commence tout cool, John, un gentil prof veut quitter son bureau pas trop tard, la rumeur de sa titularisation sent bon, il faut régler les derniers détails avant d’acquérir une maison qui accueillera sa femme et son fils. Mais son rendez-vous avec Carol, étudiante en « responsabilité de la jeunesse « traine. Elle a du mal avec les cours et l’autorité,  il veut filer s’occuper de sa vie privée. L’heure tourne et la situation se tempère autour d’une discussion sur le sens de l’éducation. Dans un geste de bon prince, il propose à l’étudiante de recommencer à zéro à l’occasion d’échanges intellectuels dans son bureau. « Ce n’est pas votre valeur que l’on juge, c’est votre capacité à apprendre ». « Le cours c’est vous et moi ».

Le marché est sans équivoque, l’enseignant volontaire, dans une situation naturellement supérieure, lui, les a déjà eu ses diplômes, et elle, pas encore.  Lui fait comme si sa supériorité était pleine d’un libre arbitre qu’il défend en même temps qu’il est poings et mains liés à la commission de titularisation. Elle, joue les cruches ne comprenant pas le contenu du cours.   On s’attend alors à une dénonciation du tout pouvoir de l’enseignant.  Mais, elle, dans un coup de théâtre total, renverse la situation et transforme cette proposition en affaire d’harcèlement sexuel digne des scénarios les plus glauques des séries américaines.

La pièce fonctionne en face à face et en huis clos, ils sont deux, resteront deux dans une seule pièce. L’élégante mise en scène de Patrick Roldez fait circuler les admirables comédiens, Marie Thomas et David Seigneur, autour d’une grande table noire, chacun déplaçant son statut au fur et à mesure que l’on sombre dans ce Château de Kafka outre Atlantique. Le rythme de la pièce concorde totalement avec cette avancée vers un point de non-retour. La montée en tension est totale pour nous amener sur une fin couperet.

David Mamet publie la pièce en 1992, six ans avant l’affaire Monica Lewinsky vingt ans avant l’affaire DSK, et sonne d’une actualité sans nom. On accède à ce que seuls les protagonistes peuvent voir. Les voix des avocats, des groupes d’étudiants, de la femme de John nous arrivent via le discours des comédiens nous enfermant avec eux dans ce cercle infernal où les mots, sortis de leur contexte, deviennent des boomerangs criminels.

Crédit photo : Eric Walther

« Sur les toits de New York », le photographe Alex MacLean prend une fois de plus son envol
Noemie Lvovsky au jury de Locarno
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture