Théâtre

Avignon off : l’excellente adaptation de « La cantatrice chauve » par le Théâtre de l’Autre Scène, une compagnie pas comme les autres

Avignon off : l’excellente adaptation de « La cantatrice chauve » par le Théâtre de l’Autre Scène, une compagnie pas comme les autres

19 juillet 2018 | PAR Christophe Dard

Jusqu’au 29 juillet, à la Fabrik’ Théâtre, la célèbre pièce de Eugène Ionesco est revisitée par le théâtre de l’Autre Scène, qui réunit depuis 29 ans des patients et des infirmiers en psychiatrie du centre hospitalier Montfavet d’Avignon. Une superbe initiative pour un formidable résultat.

 

 

La Cantatrice chauve est l’un des classiques du théâtre de l’absurde. Les personnages n’ont pas de psychologie, leurs échanges n’ont aucun sens (à part l’échange des Martin, invités à dîner chez les Smith, qui évoquent leur rencontre), le temps et les conventions théâtrales sont suspendues dans une parenthèse surréaliste pourtant bien ancrée dans la réalité, celle d’une bourgeoisie anglaise tournée en ridicule.

Une adaptation est proposée dans le cadre du cru 2018 du Off d’Avignon par le théâtre de l’Autre Scène. Créé en 1989 au Centre hospitalier Montfavet à Avignon, l’Autre Scène, l’une des unités du Forum Interpôles des Ateliers de Psychothérapie à Médiation Créatrice, permet à des patients et à des soignants de faire ensemble du théâtre au sein d’ateliers scéniques hebdomadaires, à des fins thérapeutiques mais avec exigence. Depuis, de nombreuses pièces ont été conçues et jouées par la compagnie, notamment au Off d’Avignon (Le Roi se meurt, Vol au-dessus d’un nid de coucou, Knock, L’Augmentation de Georges Perec…). Il était donc bien normal que l’Autre Scène se frotte à La Cantatrice chauve, mis en scène par Pascal Joumier.

Les interprétations, pourtant difficiles car le théâtre de l’absurde n’est pas simple à jouer, sont sincères et brillantes et il est bien compliqué de savoir si les comédiens sont les patients ou les soignants.  Le décor est intelligemment fidèle à l’esprit absurde de la pièce. Les gros cubes blancs utilisés comme sièges et l’horloge sans aiguille sur laquelle la domestique donne des coups lorsque l’heure sonne semblent tout droit sortis d’un film surréaliste de Buñuel ou d’un tableau de Dalí.

Le théâtre de l’Autre Scène propose également en alternance, toujours à la Fabrik’ Théâtre jusqu’au 29 juillet, Le Colonel-Oiseau du dramaturge contemporain Hristo Boytchev, une pièce déjà jouée par la compagnie en 2016 et en 2017. Dans la pièce, une femme médecin arrive dans un asile psychiatrique abandonné dans les montagnes des Balkans et dans lequel les aliénés sont livrés à eux-mêmes. Ils vivent dans le plus grand dénuement. L’existence de ces patients est bouleversée lorsque, une nuit, un colis des Nations Unies contenant des vivres et des uniformes militaires tombe sur l’asile. Du jour au lendemain, les aliénés reprennent le contrôle de leurs vies et leurs troubles disparaissent. Le Colonel-oiseau nous fait réfléchir sur la notion de folie et sur les rapports humains.

La Cantatrice chauve à 14h25 les lundis, jeudis et samedis jusqu’au 29 juillet à la Fabrik’ Théâtre.
Le Colonel-oiseau à 14h25 les mardis, vendredis et dimanches jusqu’au 29 juillet à la Fabrik’ Théâtre.

Visuels : © Philippe Hanula

Tous les articles de la rédaction à Avignon sont à retrouver ici.

Avignon Off : « La ridiculosa commedia » ou l’histoire de la vie
Avignon Off : « Sherlock Holmes. Élémentaire mon cher… ! », élémentaire comme le succès éternel de ce détective
Christophe Dard
Diplômé d'un Master d'histoire contemporaine et d'une école de radio, Christophe est journaliste, passé notamment par Europe 1. Il travaille depuis 2013 pour Toute la Culture.Compte Instagram : https://www.instagram.com/christophe_dard/?hl=fr

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *