Théâtre
Ne te promène pas toute nue, un Feydeau bien rythmé

Ne te promène pas toute nue, un Feydeau bien rythmé

16 avril 2022 | PAR David Rofé-Sarfati

Le Poche Montparnasse propose une version sympathique de la pièce en un acte de Feydeau Mais n’te promène donc pas toute nue précédée de la découverte de trois monologues délicieux.

Trois monologues créent l’ambiance 

Sur la scène alignés Manuel Le Lièvre, Dominique Parent et Léonard Bertrand donnent trois monologues de Feydeau : L’homme intègre, Un monsieur qui n’aime pas les monologues, Les célèbres.

Extrait : Des monologues ! a-t-on idée de cela ! Si j’étais la préfecture de police, je les défendrais ! C’est faux ! Archi-faux ! Un homme raisonnable ne parle pas tout seul ; il pense, et alors il ne parle pas ! C’est ce qui le distingue des fous qui parlent et qui ne pensent pas. Admettre le monologue, c’est rabaisser l’humanité ! On devrait le défendre ! cela me rend malade ! Moi, je n’admets le monologue… qu’à plusieurs ; parce qu’alors ce n’est plus un monologue !

Une pièce dynamique

Ensuite, après les monologues, la salle chauffée par les trois compères, vient la pièce. C’est à la suite de sa séparation conjugale et du douloureux dépit amoureux que Feydeau renouvelle le genre du vaudeville autour de l’étude approfondie des caractères dans des comédies de mœurs en un acte. Il y raconte la médiocrité des existences bourgeoises. Il y est souvent question d’intrigues tournant autour du triangle du mari cocu, de la femme infidèle et de l’amant, dont les turpitudes divertissent les spectateurs.

En 1911, il créé Mais n’te promène donc pas toute nue ! L’histoire du député Ventroux, homme respectable plein d’ambition, qui  brigue le portefeuille de la Marine. Sauf que sa femme a la terrible manie de se balader presque nue dans l’appartement devant son honorable mari, devant le flegmatique valet Victor et  même devant l’important industriel Monsieur Hochepaix. La pièce en un acte concentre tout l’art du vaudeville de Feydeau, tout s’y joue à toute vitesse. Le spectateur est emporté dans un tourbillon. Avec brio et la maturité des talents chevronnés, Manuel Le Lièvre, Dominique Parent et Léonard Bertrand emmènent la salle  dans cette danse rapide tandis que Marie Torreton en Madame Ventroux soutient le rythme.

Mise en scène Anne-Marie ETIENNE
Avec Manuel LE LIÈVRE, Marie TORRETON, Dominique PARENT et Léonard BERTRAND

Poche Montparnasse

Crédit Photo ©Pascal Gély

C’est comme ça (si vous voulez), un Pirandello efficace à la Tempête
Don Giovanni hors les murs au Liceu de Barcelone
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture