Théâtre

Morphine au théâtre du Lucernaire

26 avril 2010 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le théâtre du Lucernaire propose jusqu’au 12 juin une adaptation de Morphine de Boulgakov.

Il faut d’abord saluer le courage de ces jeunes comédiens qui doivent affronter des conditions techniques difficiles pour jouer au « Paradis ». Le nom ne manque pas d’humour pour cette  salle atypique , haut perchée , dont la taille  les force à jouer quasi dans le public.

Morphine est l’histoire d’un médecin, Polialok qui, dans la Russie des premières années du XXe siècle devient accro à  la drogue éponyme. Il fait appel à Bomgard,  le médecin dont il a pris la place et lui confie son journal. La figure d’Anna , l’amoureuse de Poliakov, est là pour être le témoin de la descente aux enfers du jeune médecin.

Le texte sublime de Boulgakov est desservi par une mise en scène très statique. Ce sentiment vient du choix de la scénographie  reposant sur un décor qui n’est absolument pas acteur du spectacle, composé de deux bureaux , d’un lit et d’un rideau qui servira de support à une vidéo inutile.

Les trois comédiens ont un respect absolu du texte mais leur jeu ne permet pas de comprendre pourquoi l’homme se drogue, la notion de plaisir n’apparaît jamais, seule celle du soulagement pointe.

En revanche, la seconde lecture de la pièce qui vise à utiliser la morphine comme symbole de la guerre est une réussite. Il faut saluer la belle prestation de Jason Ciarapica en amoureuse doublement coupable. D’abord de tromper son mari sur le front ensuite d’avoir donné à Poliakov la première dose.

On reste sur notre faim, deçus que le bon acteur qu’est Jérémy Malavoy joue un drogué unilatéral. On aurait aimé un jeu proche de celui d’Alexandre Zambeaux dans le rôle d’Otto Gross qui explosait le plateau dans Parole et Guérison de Didier Long.

Mise en scène de Thierry Atlan. Avec, Jérémie Malavoy, Mathias Mégard
Du 14/04/2010 au au 12/06/2010-Du mardi au samedi à 21h. Lucernaire
53 Rue Notre-Dame des Champs-75006 PARIS- Métro Vavin, Notre-Dame des Champs, Montparnasse Bienvenüe-Réservations : 01 45 44 57 34- Plein tarif 30n €.

Le grand Assayas
En pleine promo, Depardieu dérape
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *