Théâtre
« Monsieur Choufleuri restera lui » au théâtre Clavel

« Monsieur Choufleuri restera lui » au théâtre Clavel

24 septembre 2014 | PAR Prescillia Rodax

Joyeuse parodie des mœurs bourgeoises, « Monsieur Choufleuri restera lui » est une petite merveille lyrique. Une adaptation fidèle mais délirante d’Offenbach, qui embarque le public dans une mise en scène courte mais profondément débridée.

[rating=5]

Monsieur Choufleuri (David Koenig) ne connaît rien à la musique, au contraire de sa fille Ernestine (Gaëlle Pinheiro), amoureuse d’un jeune compositeur inconnu, Chrysodule Babylas (Georges Demory), que son père lui interdit de fréquenter. Mais le tout Paris raffole d’opéra et Choufleuri rêve d’épater le tout Paris. Alors ce soir, c’est décidé : il organise le plus grand récital de l’histoire du bel canto… dans son salon ! Mais les trois chanteurs italiens si chèrement engagés pour l’occasion lui font faux bond, laissant la voie libre aux deux jeunes amants pour se jouer de lui…

Soigneusement adapté de l’œuvre originale de Jacques Offenbach, Monsieur Choufleuri restera lui rassemble en une courte pièce toutes les qualités d’une opérette bouffe. Pleine de légèreté, elle accumule les jeux de mots et bouffonneries devant un public largement conquis. Sur scène, les comédiens épousent parfaitement leur rôle, sans jamais se prendre au sérieux. De leur attitude embourgeoisée, maladroite ou ingénue, à l’expression cocasse de leur visage : tout est exagéré, porté par un humour résolument grotesque mais sans aucune lourdeur. Et parmi cette joyeuse compagnie, justement appelée « l’Elixir enchanté », le rôle du valet Petermann (Alexis Meriaux) est particulièrement remarquable. Désopilant et doté d’une maladresse naturelle, Petermann enchaîne les pitreries, accompagné d’un accent belge à peine forcé.

Avec une italianité volontairement approximative des textes et un second degré affirmé, Monsieur Choufleuri restera lui dépoussière le répertoire musical d’Offenbach. Accompagnés au piano par Jeyran Ghiaee et au violoncelle par Maëlise Parisot, les comédiens chantent à l’unisson, mêlant l’humour à la virtuosité. À l’aise dans son rôle de jeune première, Gaëlle Pinheiro offre également de belles envolées lyriques, avec une impressionnante puissance vocale. Des notes qu’elle ne manque pas d’interpréter avec outrance, s’amusant des multiples facéties de la pièce.

Le spectacle débarque à Avignon, tous les jours au Théâtre Notre-Dame à 18h15 avec des tarifs allant de 10 à 17€.

Visuel : © Vanina Sicurani

Infos pratiques

Association notoire
Lavoir moderne parisien
theatre_clavel

One thought on “« Monsieur Choufleuri restera lui » au théâtre Clavel”

Commentaire(s)

  • Arnaudy marie

    Ne manquez pas d’aller voir ce moment de pure gaité, c’est drôle, inventif,fantaisiste à souhait,et servit par une équipe formidable.Courrez y vite,c’est un excellent remède anti déprime !!!

    septembre 25, 2014 at 19 h 13 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture