Théâtre
Mer agitée en fin de journée : Trois femmes sans règles

Mer agitée en fin de journée : Trois femmes sans règles

16 octobre 2013 | PAR La Rédaction

L’ABC théâtre n’est pas facile à trouver, coincé au milieu de quatre barres de béton dans un quartier qui, somme toute, n’est que barres de béton taguées. C’est là que se joue, jusqu’à fin décembre, « Mer agitée en fin de journée ». On se plaît à imaginer que le quartier l’est tout autant.

[rating=3]

C’est ici l’agitation de trois femmes que la pièce met en scène. Trois amies qui se retrouvent pour un week-end « entre filles » dans une maison rustique dans les profondeurs de la Normandie. Pour cause de tempête et d’un rat nommé Robert dans les chambres, toute l’action se déroule dans le salon. Des tapisseries imitation soie noire recouvrent les murs ; au milieu, une table basse blanche – que l’habitué Ikea reconnaîtra bien, un canapé blanc, une petite table blanche dans le fond gauche, sur laquelle trône une radio blanche. Le spectateur est prévenu : tout repose sur les personnages. C’est là toute la difficulté, toute l’ambition d’un huis-clos ; et l’exercice est périlleux. Une salle, trois personnages féminins, leurs problèmes : c’est en somme toute l’essence de la pièce. A l’heure de secret story et autres programmes exhibant la bêtise comme blason, la perspective de subir une heure durant les jérémiades de trois adulescentes nous promet du sucré voire du liquoreux.

Pourtant la pièce commence in medias  par trois hystériques qui se débattent avec leurs valises. L’une des premières répliques audibles – et compréhensibles dans ce brouhaha aigu : « ce que tu peux être bourgeoise !». Le ton est donné : dans le théâtre d’un salon face à la mer, c’est une petite lutte des classes qui se joue. Une lutte à trois parties : Marianne, personnage petit-bourgeois que l’on adore détester, aime Des chiffres et des lettres et Gérald, l’homme marié dont elle est la maîtresse. Lisa a un peu de mal en français et préfère étonnamment le Scrabble. Enfin, Gabrielle, mère et mariée, semble davantage portée sur le ménage et le whisky. Et des règles: « pas d’ordinateur, pas de portable et surtout pas d’ennui », annonce Marianne. Les trois amies vont ainsi pouvoir s’adonner aux plaisirs de l’amitié féminine : lire des magazines « girly », danser, boire du vin, s’inquiéter, se livrer, s’entre-déchirer, se rabibocher, pleurer… On frôle l’overdose.

Même si le texte fait une montagne d’une taupinière, Mer agitée en fin de journée nous emporte. La véritable force de cette pièce, une fois passées les demi-réflexions et autres avatars de la pensée préchauffée énoncés à demi-mots, comme sans l’assumer ; c’est le jeu. Les trois actrices investissent entièrement leur personnage. Elles ont peut-être vécu des soirées « Romance et saucisson » similaires, mais réussissent à conjuguer ce vécu au présent. Même si, parfois, les langues trébuchent; même si, ça et là, l’une commet une faute de ton, et que le texte appris par cœur se rappelle à nous ; on est captivé, amusé, ému. Ce n’est pas la situation où les personnages qui font naître ces sentiments, ce sont les actrices qui les transmettent, directement.

Une très belle leçon de théâtre ; et on sort de la pièce avec du cœur au ventre pour affronter la grisaille agitée du bitume parisien. Un peu comme après un week-end en Normandie.

Mer agitée en fin de journée de Anne-Camille LE HEUZEY-BANSAT, mise en scène, Nikola KARTON, Avec Amandine CALSAT, Anne-Camille LE HEUZEY-BANSAT, Anaïs MERIENNE, durée 60 min. Les jeudis à 21h.

Louis Blanchard.

visuel : affiche du spectacle.

Infos pratiques

Galerie Nicolas Flamel
In Out
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *