Théâtre

Même si tu m’aimes mis en scène par Julien Boisselier

Même si tu m’aimes mis en scène par Julien Boisselier

03 avril 2012 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

Simon et Marie se rencontrent, tombent amoureux, se mettent en ménage ensemble et tout va pour le mieux un temps. Progressivement, leur relation devient un combat, une succession de disputes, un cauchemar dont ils ne savent plus comment sortir car ils s’aiment autant qu’ils se haïssent. Pour s’en sortir, ils consultent William, un psychologue, dans le but d’effectuer une thérapie conjugale. Mais cette dernière ne va t’elle pas plutôt empirer les choses?

Melissa Drigeard et Vincent Juillet ont déjà écrit à plusieurs reprises ensemble en particulier « Les 4 Deneuve ». Leur collaboration solide les a conduit à écrire cette pièce à la fois drôle et réaliste sur les affres de la vie à deux, qui riment ici plus avec le pire qu’avec le meilleur. Et, pourtant, un rien pourrait suffire à faire basculer la situation. Le suspense est permanent. C’est la première mise en scène de Julien Boisselier qui travaille régulièrement avec les auteurs. L’ensemble est brillant, il nous maintient dans une attention, une tension, un suspense constant. Nous rions et compatissons aux déboires de ce duo mais pas seulement. En effet, le grand mérite de cette pièce est de ne pas être une pièce juste sur le couple et les comportements amoureux mais aussi sur les psychologues et la psychanalyse qui sont critiqués habiement avec subtilité et dérision. Leurs patients sont également gentiment  fustigés pour leur incapacité à gérer leurs vies.

 

 

La musique est subtile et s’insert avec succès y compris dans les passages où les protagonistes parlent en même temps, ce qui jusqu’ici avait rarement été réussi au théâtre. Le décor est sobre mais avec des accessoire burlesques qui contribuent au comique de l’ensemble. Les acteurs sont très talentueux et déploient une belle énergie en particulier Pierre Azéma; Melissa Drigeard dégage une superbe sensualité. La pièce est drôle, mordante et juste, on s’y reconnait et on y reconnait des couples que l’on connait.

C’est une pièce excitante, érotique, redynamisante pour les couples, un peu déprimante pour les célibataires, à voir à deux de préférence.

Intense Proximité à la Triennale 2012
Triomphe de La Création pour les 20 ans d’Accentus
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *