BD
Lucernaire, bonjour! Ramenez un bout du lieu mythique chez soi

Lucernaire, bonjour! Ramenez un bout du lieu mythique chez soi

24 octobre 2021 | PAR David Rofé-Sarfati

Au Lucernaire, la salle de théâtre et de cinéma de la rue Notre Dame des Camps, Céline Ena est aussi connue que la fontaine Wallace privatisée. Celle qui donne derrière son guichet une âme à ce lieu légendaire, a su profiter de la fermeture et du confinement pour créer un recueil dessiné d’anecdotes collectées depuis 25 ans. 

Derrière le guichet son visage, ces tenues et ses coiffures appartiennent à l’expérience du spectateur depuis plus de 25 ans. Céline Ena accueille, renseigne, scrute, juge en silence, profile parfois, répond  au téléphone. Elle est le visage et la voix du Lucernaire.  Elle ne serait qu’une femme tronc qui tend nos billets cependant que beaucoup savent déjà que cette femme a de l’esprit, et même des jambes!

Céline Ena ajoute à l’endroit un souffle par sa gouaille, son sens de la répartie et ses tenues vestimentaires toujours colorées. Née à Pau en 1972, Céline décide de monter à la capitale pour y suivre des cours de théâtre et de lettres classiques à la Sorbonne. Un jour d’hiver 1994, sur la recommandation d’un comédien, elle se présente au Lucernaire en quête d’un petit boulot. Son destin se scelle.

Depuis 26 ans déjà, au guichet du Lucernaire Céline répond au téléphone, note les réservations, se remaquille, boit du café puis recommence. Titulaire d’une maîtrise de lettres classiques et formée aux métiers de la comédie, elle exerce ses compétences à la réception du lieu  où elle poursuit ce qu’on pourrait appeler une brillante carrière.

Céline ne s’ennuie jamais, car ce qui l’intéresse ce sont les saynètes qui se jouent tous les jours à son comptoir drôles tragiques inquiétantes et captivantes. Elle participe à l’esprit de ses moments de vie. On se souvient à Toutelaculture, un soir de début janvier 2019 où Céline est coiffée de deux couettes en escargots à la façon de la princesse Leila. La coiffure est célèbre aussi pour être celle de Clémence Massart  lorsqu’elle interprète Elvire de Dom Juan en 1973 mise en scène par son compagnon de l’époque Philippe Caubère.  Ce soir-là Céline Ena nous tend les billets pour  Que je t’aime!, un seule en scène avec Clémence Massart dans la salle du Paradis.

Dessinatrice autodidacte, le désœuvrement consécutif au confinement pousse Céline Ena à l’écriture et au dessin. Elle crée Lucernaire bonjour, un recueil très drôles d’anecdotes. Le livre, édité chez l’Harmattan est aussi un objet à ramener chez soi comme un petit bout du Lucernaire.

 

 

Lucernaire bonjour!

Celine Ena 

15 euro

« La Mifa », l’histoire d’une famille (pas) comme les autres pendant la Seconde Guerre mondiale
La série « Genera+ion » met en scène les mouvements Woke
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture