Théâtre

L’opposition à l’Atelier, Mitterrand ressuscité

L’opposition à l’Atelier, Mitterrand ressuscité

06 février 2020 | PAR David Rofé-Sarfati

Georges Naudy a composé un texte précieux servi par deux acteurs formidables. Captivé, le public se retrouve transporté dans le temps, au centre de l’alcôve diabolique qui lors d’une soirée secrète décida de nos vies. 

Courant 1980, Mitterrand et Rocard se sont rencontrés rue de Bièvre pour  s’entendre  sur celui des deux qui représentera le parti socialiste en 1981 pour la présidentielle. Le duel sera une féroce dispute entre deux narcissismes. La soirée est inventée par l’auteur  tandis que sa  teneur colle à la vérités des deux hommes.  Tous les mots prononcés l’ont été mais en d’autres lieux et en d’autres circonstances. Georges Naudy a pioché dans leurs nombreux écrits, interviews, déclarations et à partir de leurs mots prononcés ça et là mais tous authentiques, il a construit un dialogue acéré, sans  bavardage. La rhétorique devient une arme redoutable dans les mains du  machiavélique Mitterrand.  L’homme expérimenté laissera le jeune ambitieux se fatiguer. Par ses mots au fiel acide, il pèsera de tout le poids de sa condescendante et sa suffisance. Il accusera Rocard de complaisance avec la droite, évacuera d’un revers de manche ses propres manquements dont les exécutions en Algérie, dont son amitié avec Bousquet que l’on découvrira plus tard.  

Les deux comédiens sont épatants. La pièce consiste a la fois en la reconstitution d’un épisode de l’histoire nationale et en une leçon de politique pour nous aujourd’hui. Philippe Magnan a déjà eu l’occasion de jouer le rôle de François Mitterrand, dans Changer la vie de Serge Moati . Il ressuscite ici le sphinx, un monument politique croyant à la force des pierres et des arbres, ne comprenant rien à l’économie, une sorte de Melenchon mais calme, voulant naïvement extraire la France du capitalisme tout en taxant un des effets de ce dernier : les riches . Cyrille Eldin incarne avec vérité un Michel Rocard  au socialisme froid mais réaliste, un Macron avant l’heure, un suppôt de l’économie de marché à la sauce sociale démocrate.

Ce qui est beau au théâtre, c’est l’affrontement, prévient Éric Civanyan, le metteur en scène. Sa pièce est en cela très belle. Elle est captivante aussi par le combat des mots, et par  le KO de Rocard prononcé par Mitterrand lui même,  lumineux et habile intriguant bientôt président. La pièce est un délicieux moment de théâtre à ne pas rater.

 

L’Opposition / Mitterrand VS Rocard  de Georges Naudy, mise en scène d’Éric Civanyan

Théâtre de l’Atelier

place Charles Dullin

75018 Paris

1h25

Photos copyright : María Letizia Piantoni

Infos pratiques

Odéon Théâtre de l’Europe
Les Gémeaux
theatre_de_latelier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *