Théâtre

Live Report: the Amplifetes + FM Belfast

19 novembre 2010 | PAR Sonia Ingrachen

On a eu  droit à une soirée exceptionnelle mardi soir à la Machine du Moulin rouge. Deux groupes talentueux se sont produits pour notre plus grand plaisir.

The Amplifetes

On a dansé sur les rythmes de The Amplifetes, un quatuor de suédois à la musique électro-pop-dance, aux titres accrocheurs et entrainants. Le chanteur marque tout de suite les esprits avec son look particulier : barbe longue qui donne envie de l’appeler « the Dude » ou Jesus c’est selon votre gout et fringues en lin blanc type gourou des années 70 qui prend du LCD. Le groupe accompagne sa musique d’une mise en scène visuelle colorée et psychedélique : laser vert, lumière aveuglante, symboles sur un écran et autres effets lumineux qui nous embarquent immédiatement dans une ambiance festive et planante. Välkommen dans l’univers des Amplifetes. C’est recouvert de paillettes dans les cheveux et sur le visage que Peter, Jonback, Tommy et Korpi lâchent leur beat survitaminé pour une musique efficace et des paroles qui nous restent en tête. Un album éponyme à mettre à toutes ses soirées.


THE AMPLIFETES – Blinded By The Moonlight (Clip officiel)

FM Belfast

The Amplifetes a chauffé le dancefloor pour le groupe que le public a attendu toute la soirée, les brillantissimes FM Belfast.

La fosse s‘est remplie en un clin d’œil dès que le rideau (oui il y en avait un) s’est baissé. Et personne ne s’y trompe, FM Belfast a réveillé tout ce beau petit monde. Ils sont beaux, ils sont blonds (sauf la charmante chanteuse) et ils viennent de Reykjavik. Le contraste avec the Amplifetes dans la mise en scène est affolante : exit les gros effets visuels et la lumière aveuglante. Non, non FM Belfast n’a pas besoin de toute cette artillerie pour nous plaire, deux ou trois lampions suffisent à leur déco et peu importe s’ils sont prêts à s’effondrer à chaque instant. L’un des chanteurs nous annonce aussi que le bouton de son pantalon est cassé et qu’il risque de perdre son froc durant la soirée. Mais le groupe n’a pas l’air de se soucier de ces détails et tant mieux.
C’est avec leur tube « I can feel love » que FM Belfast débute leur représentation. Tout le monde danse et gesticule dans tous les sens, et pour la première fois de la soirée on transpire à grosses gouttes à la Machine du Moulin rouge. Sur scène l’un des membres (la rumeur dit que ce serait le manager) se fait remarquer par ses chorégraphies, du hip hop au breakdance, il est juste impressionnant.

Voix suraiguës et rythmes de folie, leur musique est une tuerie qui nous donne envie de se laisser aller. Ils enchainent les morceaux, l’excellent Synthia, Vhs, joue leur reprise de Killing in the name of (Lotus) et sortent les doigts pour l’occasion. Pour Underwear, ils enlèvent le bas et continuent leur show en slip.
Ils reviennent sur scène après un rappel pour nous jouer « Par avion« , et l’euphorie reprend de plus belle: And we could go there, par avion par avion.
Un concert mémorable qui nous a donné envie de danser toute la nuit.

Underwear by FM Belfast (Music Video)

Eva Longoria et Tony Parker: divorce ou pas divorce?
Gagnez 5×2 places pour le concert d’Alexis HK le 6 décembre à l’Olympia
Sonia Ingrachen

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *