Théâtre

Les yeux d’Anna de Luc Tartar au Théâtre 13 Seine

Les yeux d’Anna de Luc Tartar au Théâtre 13 Seine

09 janvier 2019 | PAR David Rofé-Sarfati

Dans la mise en scène contemporaine de Cécile Tournesol, le texte incandescent de Luc Tartar s’embrase lentement sous nos yeux au Théâtre 13 Seine. Les yeux d’Anna parle des adolescents mais il parle à chacun de nous.  

Un texte précieux.

La pièce est captivante d’abord par son texte. Anna, une jeune adolescente est victime d’exclusion. Elle est dénigrée persécutée et mise à l’écart  par ses camarades de lycée qui  moquent sa différence, celle de son intelligence et de ses yeux vairons. Le harcèlement que subit Anna est ignoré par sa famille préoccupée par d’autres combats, une famille comme tant d’autres, désemparée. Anna est une adolescente de ces territoires  où les  victoires du féminisme sont attaquées, où les violences faites aux femmes augmentent comme augmente un démenti nouveau de l’égalité des sexes, où les Rachid homosexuels sont priés de raser les murs et de se rebaptiser Rachida. Ce retour de la pensée moyenâgeuse fait de chaque femme émancipée une sorcière du 21e siècle. Mais qui sont les véritables sorcières d’aujourd’hui ? questionne Luc Tartar. 

La pièce est une fiction radicalement politique. André Malraux prononçait au siècle dernier une phrase devenue mythique : Le 21e siècle sera religieux ou ne sera pas. Luc Tartar a écrit un texte sur cette pliure de l’histoire. Il est un grand texte, car l’auteur ne juge pas, il prend jamais parti sauf pour celle de la détresse des êtres. Car il utilise les stéréotypes pour nous faire penser autrement, en inventant des personnages à la limite de la caricature, il démarre par des clichés  pour délicatement les dissoudre. Car Tartar a une plume brillante -jamais nous ne verrons Anna- une plume délicate et humble. 

Une mise en scène réussie.

La mise en scène de Cécile Tournesol épouse cette délicatesse grâce  à  un décor minimaliste et un rythme soutenu qui écrase le cours du temps et des événements . L’esthétisme est contemporain, efficace, mais jamais putassier. Les comédiens incarnent leur personnage avec brio, caricaturant leur cliché pour lentement les humaniser. Tigran Mekhitarian (Rachid) est définitivement un grand comédien (il fut récemment le lauréat de l’Icart)Louka Meliava (Clémentin, Walter) défend merveilleusement deux des plus émouvantes scènes de la pièce tandis que Cécile Métrich (Monique Tombe)  et Cécile Tournesol (Barbara) composent admirablement leur personnage. Enfin Julien Muller (Jean Tombe) est étonnant de talent dans un rôle pluriel et cardinal, celui du père au bord de la crise. La pièce édifiante à ne pas rater est la chronique tranchante d’une crise familiale et de société. 

 

 

Les Yeux d’Anna
texte Luc Tartar, mise en scène Cécile Tournesol

du 8  au 20 Janvier 2019

du mardi au samedi à 20h, le dimanche à 16h – relâche le lundi

durée 1H10

conseillé à partir de 12 ans

lien théâtre http://www.theatre13.com/saison/spectacle/les-yeux-danna

Crédits Photos ©Fabienne Rappeneau

Infos pratiques

Zénith de Paris
Centre Pierre Cardinal (festival Les Musicales)
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *