Théâtre
Les Voisins, une mitoyenne étrangeté

Les Voisins, une mitoyenne étrangeté

09 novembre 2015 | PAR David Rofé-Sarfati

 

 

Ils s’appellent Laheu et Blason. Ils habitent deux maisons jumelles, ce dernier avec sa fille, l’autre avec son fils. Les deux maisons ont une terrasse commune.

 

Les hommes ne changent pas et les rôles, entre eux, se repartissent pour toujours. Tout est déjà là toujours, cependant que les êtres refusent de se soumettre à l’imprévu. C’est le sujet de cette pièce comme un conte. Très énigmatique, cette histoire pose ce qui fait nos vies, ce qui circule entre les gens, malgré eux. Le texte de Vivaner décrit une danse à quatre personnages qui démarre par la mort d’un chien, un événement princeps rapidement échangé par du caviar et du champagne entre voisins.

Marc Paquien met en scène l’entre deux des dyades, père et fils, père et fille, et du couple Alice Ulysse, entre l’intime et le général, entre l’individuel et le social, entre le prévu et l’imprévu.  Sa  proposition se joue de tout cela, avec, ce qui ajoute à notre trouble, des comédiens d’un tel talent  qu’ils semblent à peine jouer. Un bravo appuyé à Loic Mobihan et Alice Berger qui parviennent à jouer en harmonie avec les deux comédiens séniors, l’envoutant Patrick Catalifo et le quasi parfait Lionel Abelanski. Tout cela parait si réel, et chaque personnage, comme dans une tragédie mythique, fuyant un hypothétique destin funeste, répète, recommence, réitère sans cesse, chacun accroché à ses convictions, à ses fausses croyances. Seul, Ulysse, le fils, tracera son parcours initiatique; il se confrontera au monde extérieur, se confrontera à ce que l’on ne prévoit pas, tandis que les deux pères s’accrochent à l’équilibre précaire de leur vie.

Au fond, la peur du hasard nous enferme dans une bulle, celle de notre voisinage, d’une terrasse commune, d’où il est impossible de s’échapper. Il s’agit de névrose et du confort qu’elle sait procurer à celui qui la pratique depuis longtemps. Cette pièce rend compte de nos aménagements névrotiques et de ce qui s’échappe parfois d’amour entre les personnes. La secousse de cette pièce nous parcourt encore longtemps après les applaudissements. Une pièce à ne pas rater.

 

 

Mise en scène de Marc Paquien

Avec Lionel Abelanski, Alice Berger, Patrick Catalifo, Loïc Mobihan

Scénographie de Gérard Didier et Ophélie Mettais-Cartier

Lumières de Pierre Gaillardot

Costumes de Claire Risterucci

Son de Xavier Jacquot

 

Les voisins, au Théâtre de  Poche Montparnasse.

 

 

[Festival d’Automne] Les sublimes lignes inversées de Trisha Brown se redécouvrent
[Live report] The Soft Moon à La Machine du Moulin Rouge
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *