Théâtre
Les précieuses ridicules de Molière version déconne à la Comédie Francaise

Les précieuses ridicules de Molière version déconne à la Comédie Francaise

03 avril 2022 | PAR David Rofé-Sarfati

Stéphane Varupenne et Sébastien Pouderoux montent au Vieux Colombier de la Comédie Française Les précieuses ridicules. En musique, et en extravagance, la pièce déclenche des rires ininterrompus.

En début de la nouvelle saison 1659, Molière mettait à l’affiche Jodelet ou le maître Valet de Scarron.  Les comédies burlesques d’origines espagnoles garantissaient à l’époque le succès et Jodelet, nouvellement intégré à la troupe de Molière, représentait la grande vedette comique. Le vieux Jodelet ne fit pas recette. Cependant, Molière ne renonça pas totalement à croire à l’effet Jodelet. Il s’empare d’un texte satyrique sur l’aristocratie, Les lois de la galanterie de Sorel, et invente les Précieuses. Il crée Mascarille le valet déguisé en aristocrate, singeant les codes de la galanterie jusqu’au ridicule. Jodelet reste présent dans un petit rôle de galant maladroit. Le marquis de Mascarille, valet de La Grange sera joué par Molière lui-même. Le vicomte de Jodelet, valet de Du Croisy sera interprété par Jodelet. En une distribution, Molière utilisait l’effet Jodelet, soulageait le vieil acteur et  se donnait un rôle à sa mesure. Il inventait une nouvelle forme de comique. Le miracle des Précieuses ridicules marque le premier succès dans la carrière de Molière. 

Une poilade entre potes

Ainsi, Les précieuses ridicules, pièce courte en un acte, petit amusement devint un événement. L’intrigue est simple : Magdelon et sa cousine Cathos, idéalisent la vie Parisienne. Récemment arrivées dans la capitale, elles veulent percer dans le milieu aristocrate. Gorgibus, la mère de Magdelon n’a pas ce projet en tête. Elle leur présente deux jeunes bourgeois parisiens : La Grange et Du Croisy. Face à l’indifférence des cousines, les deux bourgeois décident de se jouer d’elles grâce à l’aide de Mascarille et Jodelet.

Aujourd’hui la farce satyrique est reprise par le duo Stéphane Varupenne et Sébastien Pouderoux. L’amusement devient une déconnade de potes. Les deux camarades transforment les deux cousines en pures idiotes, frisant le mépris de classe. Le féminisme de Molière est évacué. Les deux metteurs en scène osent tout dans un seul but: nous faire rire. Le rythme décousu est sauvé par la bande-son. Noam Morgenstern est un magnifique Jodelet. Jérémy Lopez impressionne, il marque pour toujours le rôle de Mascarille. Claire de la Rüe du can et Sephora Pondi finissent de constituer la partition comique. 

Une comédie éternelle

La Première des Précieuses ridicules eut lieu le mardi 18 novembre 1659, en complément du Cinna de Pierre Corneille. Le nombre des représentations des Précieuses ridicules ne saurait rendre compte de l’énorme succès que rencontra cette pièce, qui apportait un souffle nouveau à la comédie : en effet, aux côtés des procédés traditionnels du burlesque (ainsi par exemple du valet déguisé en seigneur qui agit de manière ridicule), les personnages ne répondaient pas aux canons du genre comique, et ils apparurent aux spectateurs comme des caricatures de figures de la société galante. Cette dimension parodique des personnages était une nouveauté, et elle montrait au public que la société contemporaine pouvait donner matière à une pièce bouffonne. 

Plus de 350 ans après l’écriture de cette comédie, il s’agissait pour Sébastien Pouderoux et Stéphane Varupenne, d’interroger jusqu’où l’on peut aller pour être ou se sentir aimé et par quel processus en vient-on à perdre son discernement.  La découverte de la supercherie renvoie aux illusions, aux fantasmes aujourd’hui véhiculés et alimentés par les émissions de télévisons.  Les galantes nous font penser à des sottes midinettes de séries télé, Mascarille à un jeune nourri par les réseaux sociaux, au dire ampoulé mais sans esprit,  biberonné à Cyril Hannouna et défiant Finkelkraut. La construction fonctionne et les rires clairs et ininterrompus font vibrer la salle du Vieux Colombier. 

Les Précieuses ridicules Comédie en un acte de Molière. Mise en scène Stéphane Varupenne, Sébastien Pouderoux. Avec Stéphane Varupenne, Jérémy Lopez, Sébastien Pouderoux, Noam Morgensztern, Claire de La Rüe du Can, Séphora Pondi, Lola Frichet en alternance avec Edith Seguier. Scénographie Alwyne de Dardel. Arrangements musicaux Vincent Leterme, Stéphane Varupenne, Sébastien Pouderoux

Durée : 1h15

Théâtre du Vieux-Colombier, Paris, du 25 mars au 8 mai 2022

Crédit photo ©Vincent Pontet, coll. Comédie-Française

Les Heures Heureuses : l’asile, lieu de résistance
La playlist sous la pluie
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture