Théâtre

Petite forme marionnettique mais grand talent: « Toto et Bradi », drôle, tendre et tellement intelligent!

Petite forme marionnettique mais grand talent: « Toto et Bradi », drôle, tendre et tellement intelligent!

28 septembre 2017 | PAR Mathieu Dochtermann

Toto et Bradi est une petite forme, par la durée (15 minutes) comme par la taille (une simple table). Mais le spectacle a tout ce qu’il faut pour prendre une grande place dans les cœurs et les esprits: extrêmement bien écrit, à la fois drôle, touchant, dynamique, et finalement bien plus profond qu’il n’en avait l’air au premier abord. Certains artistes, pour leurs coups d’essai, veulent des coups de maître: c’est exactement ce qui nous est proposé ici!

[rating=4]

Les élèves sortant de l’ESNAM ont souvent déjà plein de bonnes idées, et on leur a donné les moyens de les réaliser. On est souvent gagnant à jeter un œil à leur travail… et, en l’occurrence, il faut avouer que l’on est pas déçu! Pierre Dupont et Kristina Dementeva sont peut-être jeunes, mais ils sont bourrés de talent et d’inspiration: de futurs grands? A suivre, en tous cas.

Leur spectacle Toto et Bradi (présenté pendant le FMTM 2017 au Bateau des Fous) met en scène deux personnages éponymes, deux animaux complices qui nous arrivent enfermés dans une boîte, en provenance d’on ne sait où – et d’ailleurs, c’est une question qui les préoccupe beaucoup, de ne plus savoir d’où ils viennent. Ils vont donc explorer leur environnement, deviser sur le sens de leur présence là, ici et maintenant, tenter de partie en cavale, pour finir par tourner en rond. Ils se lancent des défis, jouent à des jeux idiots pour passer le temps, se font la tête. C’est une jolie petite relation de couple qui se met en place, avec humour et tendresse.

Du fait que l’un est un singe et l’autre un paresseux, et qu’ils débarquent entassés dans une boîte en bois, on a la vague intuition qu’il s’agit d’animaux capturés dans une forêt lointaine pour être braconnés. Mais c’est une intuition qui pourrait tout aussi bien se démentir lorsque, à la fin des 15 (trop courtes) minutes de spectacle, les deux comparses regagnent finalement leur boîte, et que le spectacle prend soudain un second sens…

Le spectacle est jeune encore, mais l’écriture est redoutablement efficace. La manipulation des marionnettes sur table n’est pas loin d’être irréprochable, à la fois typée, fluide et rythmée. Les voix des deux personnages sont brillamment assumées, et les dialogues fusent avec efficacité. L’humour fait mouche, y compris lorsque les marionnettes jouent – un peu – avec la salle.

Evidemment, pour l’instant la création lumière et sonore est un peu frustre, et le spectacle mériterait de prend encore un peu plus d’étoffe. Mais c’est déjà un petit bijou tel que c’est: drôle, malin, émouvant, avec un vrai talent d’écriture. 15 minutes de bonheur concentré, à voir à la première occasion, sans hésitation!

Avec:
Pierre Dupont
Kristina Dementeva
Regard exterieur:
Lou Simon
et l’aide précieuse de
Faustine Lancel, Antoine Herniotte, Zoé Grossot, Christophe Marrand
Inspiration:
Tom Stoppard
Régie technique du Bateau:
Mathieu
Visuels:
(c) Mathieu Dochtermann

« Fuite et fin de Joseph Roth » de Soma Morgenstern
Rencontre avec les fondatrices du dixneuvième:  » Le 19ème arrondissement, c’est le Paris qui se vit! »
Mathieu Dochtermann
Passionné de spectacle vivant, sous toutes ses formes, des théâtres de marionnettes en particulier, du cirque et des arts de la rue également, et du théâtre de comédiens encore, malgré tout. Pratique le clown, un peu, le conte, encore plus, le théâtre, toujours, le rire, souvent. Critère central d'un bon spectacle: celui qui émeut, qui touche la chose sensible au fond de la poitrine. Le reste, c'est du bavardage. Facebook: https://www.facebook.com/matdochtermann

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *