Théâtre

Les Européens (combat pour l’amour), au théâtre de l’Odéon

13 mars 2009 | PAR marie

europeensAu théâtre de l’Odéon, avant-dernière pièce du cycle « Howard Barker » : Les Européens (combat pour l’amour). Jusqu’au 25 mars.

 

Les Européens (combat pour l’amour), titre bien ironique pour cette Vienne  de 1683 tout juste libérée des Turcs et dans laquelle,  les Hommes essaient de survivre coûte que coûte : cette femme qui se prostitue avec un prêtre pour un bout de pain, cette autre, violée par les ennemis, qui refuse tout pardon et espère que,  de cette violente union, naîtra un fils… ce souverain enfin (fantoche Leopold Ier et génial Thierry Vu Huu) qui tente de s’interroger sur la reconstruction de l’Empire et sur la manière de rameuter ses fidèles autour d’une identité commune….

 Le général Starhemberg (Stefan Delon) qui a libéré Vienne pourrait, érigé en héros, aider à la constitution de cette identité ; l’Art, aussi, en représentant l’horreur de la guerre devrait être un ferment de la future Europe ; les Turcs enfin, (ou surtout), définiraient en creux ce que sont les Européens. C’est du moins ce que suggèrent le souverain Autrichien et Starhemberg… Après avoir lutté contre l’érection de ses statues et l’héroïsation de sa personne, le général libérateur parachève, par son acte final, la séparation des peuples, construisant ainsi un peuple par défaut…

 

Les Européens-comédiens déambulent sur une terre en perpétuelle construction. Tous les mécanismes scénique sont visibles pour le spectateur : le rideau se lève absurdement sur un plateau déjà connu, les comédiens changent de costumes sur scène, et les décors déploient fièrement leurs armatures. L’écriture du texte est, elle aussi, démontée : Howard Barker semble prêter sa voix à Katrin (Nathalie Vidal, excellente en femme écorchée) pour questionner les mots employés : « Le langage, je le tords comme des barres de cuivre pour m’y abriter ». Dans un monde où tout n’est que construction permanente, le travail des personnages pour figer une identité paraît d’autant plus absurde…

Une pièce nourrissante servie par d’excellents (quoiqu’un brin criards) comédiens…

 

Les Européens (combat pour l’amour), de Howard Barker, mise en scène par les-europeensChristian Esnay, au théâtre de l’Odéon, Ateliers Berthiers, Paris 17e Métro Porte de Clichy, 01 44 85 40 40. Moins de 26 ans : 13 euros, plein tarif : 26 euros.

 

Crédit photo : Alfredo Piola, ARTLIST

 

MB

Sean Penn et Madonna : Une petite pique envers la Madone
Julien Doré et Louise Bourgoin séparé?
marie

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *