Théâtre
Les Chiche Capon, une tempête à La Pépinière

Les Chiche Capon, une tempête à La Pépinière

20 janvier 2011 | PAR Avela Guilloux

Plus habitués aux chapiteaux et festival de rues, Les Chiche Capon débarquent pour la première fois dans une salle de théâtre parisienne.

Ils se sont rencontrés à l’école de clown du Samovar à Bagnolet,   ont ensuite fait leurs premières armes sous l’œil exigeant de Julie Ferrier lors du cabaret mensuel Takagolrie à l’espace Confluences….les trois compères ont  depuis adoptés  un comédien, chanteur, musicien Auguste à martyriser pour notre plus grand plaisir.

Après deux spectacles salués dans le monde entier (Le saut de la mort et Le cabaret des Chiche Capon ), le trio clown blanc/Auguste/contre-pitre- (et ci…loutre !) revient avec un spectacle  » Le Oliver St John Gogerty »,  qui puise son inspiration dans la pantomime, le grand théâtre à la française ou encore l’opéra de Pékin.

Morceaux de carton, échelle achetée chez Castorama, costumes cousus mains en cinq minutes chrono …tout cela nous renvoie à l’essence même du théâtre, avec une bonne louche d’amusement, de gaîeté et de ludisme. Ouf, enfin!

Mais de quoi s’agit-il?

Après avoir mené une enquête d’opinion scrupuleuse, et très sérieuse !, dont le sujet était « Pouvez-vous nous expliquer brièvement votre vision de l’homme de sa naissance à aujourd’hui? »dans un pub irlandais ( d’où est tiré le nom du spectacle)… voici sous nos yeux d’enfants hypnotisés le résultat.

Impossible de vous raconter le résultat tant il est…surprenant ! Au travers de différents numéros athlétiques et vertigineux, les Chiche Capon  nous parle, sans filet, de nous : couardise, racisme, pleutrerie, méfiance, dédain, quête du pouvoir mais aussi fraternité, amitié, collectif, solidaire. De la préhistoire à aujourd’hui une histoire de l’évolution de l ‘homme à insérer  ( d’urgence !) dans tous manuels scolaires !!

En ces temps de grosses machineries aux décors onéreux et aux textes élitistes, le voyage fait avec trois bouts de ficelle et des artistes au talent remarquable que nous proposent les Chiche Capon est salutaire.

Ce sont de vrais clowns, dans ce qu’ils ont de plus humain et enfantin, une espèce en voie de disparition. Il est d’ailleurs assez étrange de les retrouver dans la jolie salle à l’italienne de la Pépinière. Mais ce contraste ne fait qu’ajouter à notre plaisir ! On sent qu’avec eux, tout peut arriver, que rien ne les arrêtera. Une telle qualité est rare et précieuse. Subversif, drôle, intelligent, spectaculaire, poétique, salvateur,   en ce début d’année  c’est le spectacle à ne pas rater.  Bref courez-y!

Alors ? Chiche Capon  ! Comme dirait les protagonistes des disparus de Saint-Agil avant de commettre leurs bêtises nocturnes…

Informations Pratiques :

Les Chiche Capon présentent  » Le Oliver St John Gogerty »

A la Pépinière Théâtre 7 rue Louis le Grand 75002 Paris M° Opéra

du mardi au samedi à 19h

Le dimanche : Les Chiche Capon et leurs amis font leur cabaret : les Chiche Capon et leurs invités-surprise inventent chaque dimanche à la Pépinière un cabaret (pour grands et petits) ou le burlesque le dispute à l’absurde.

À partir du 13 février 2011, tous les dimanches à 17hTarif unique de 25 euros, 15 euros pour les moins de 26 ans, 11 euros pour les moins de 12 ans

www.theatrelapepiniere.com

 

 

La revanche des rousses
Gagnez 10×2 places pour l’Avenir Seulement au Théâtre de Gennevilliers le mardi 25 janvier
Avela Guilloux

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture