Théâtre
L’école des femmes de Molière dans son jus et son rire au Lucernaire

L’école des femmes de Molière dans son jus et son rire au Lucernaire

29 avril 2022 | PAR David Rofé-Sarfati

Anthony Magnier installe sa roulotte dans la grande salle du Lucernaire pour une adaptation amusante de L’école des femmes de Molière défendue par trois comédiens extraordinaires ; la salle rit beaucoup. 

La Green Box est rouge

C’est la sixième rencontre avec Molière d’Anthony Magnier. Il restitue là plutôt que l’ambivalence des personnages, l’ambiance de la pièce dans le jus de sa création, c’est-à-dire avec les contraintes logistiques d’un Molière, sans financement royal, qui reprend la route pour une tournée nationale.

On se souvient  d’Ursus, le saltimbanque de Victor Hugo dans l’Homme qui rit, qui se déplaçaient dans une roulotte transformée en théâtre ambulant surnommé Green-Box. Formé aux techniques du théâtre de tréteaux, Anthony Magnier, tel Ursus a choisi de stationner sa red-box dans la grande salle du Lucernaire. Il établit, c’est son expertise et sa patte,  une relation de proximité avec le public et puise dans  l’énergie de ses comédiens une énergie galvanisant. Ainsi, la pièce se présente à nous dans une création mi-foraine, mi-guignolesque. Dans cette neo-Commedia dell’arte émerge et s’assure  le bonheur d’enchanter les spectateurs. 

Un rêve foutraque

L’école des femmes est l’histoire d’un songe, celui d’un homme qui cherche à contrôler ceux qui l’entourent.  Le fantasme en marche de Arnolphe , barbon volontariste et colérique, emprisonnant pour ses seuls fins, la belle et innocente Agnès exigeait la grandiloquence de Mikael Fasulo ; l’acteur est formidable. Molière y mène une réflexion sur la condition féminine, mêlant des scènes d’une grande cruauté à des moments d’anthologies de comédie et de farce. Les comédiens servent le trait comique. La bouffonnerie est joyeuse et le public sourit souvent, rit beaucoup. 

L’école des femmes,  de Molière par la Compagnie Viva, adaptation et mise en scène Anthony Magnier avec Eva Dumont, Mikaël Fasulo, et Victorien Robert, au Lucernaire du 30 mars au 29 mai 2022. 

 

Crédit Photo ©Anthony Magnier

1h22 avant la fin : petit dialogue avec la mort à la Scala
Agenda du weekend du 29 avril 2022
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture