Théâtre
Le théâtre La Flèche fête sa première année : entretien-portrait de sa directrice, Flavie FONTAINE

Le théâtre La Flèche fête sa première année : entretien-portrait de sa directrice, Flavie FONTAINE

29 septembre 2019 | PAR Geraldine Elbaz
Elle est jeune, énergique et investie: Flavie FONTAINE, la Directrice de LA FLECHE insuffle un dynamisme à toute épreuve pour défendre ses valeurs de partage, de transmission et d’échange dans un lieu de création où on encourage l’émergence des jeunes troupes.
 
A l’occasion de la présentation de sa nouvelle saison Flavie Fontaine nous reçoit dans son bureau du 77 rue de Charonne. Belle et féline la dynamique trentenaire exhibe un sourire vertigineux qui est comme un étendard et une promesse. On devine par la porte entrouverte les répétitions en cours et l’agitation créative. Comédienne de formation, celle qui est parrainée par Pierre Notte siège au milieu de ce bouillonnement. Elle nous a fait la gentillesse de répondre à notre portrait chinois ou presque en 10 questions.
 
TLC: Quelle est votre vertu préférée?
FF : L’authenticité.
 
TLC : Quel est le principal trait de votre caractère?
FF : La ténacité. Je ne lâche jamais rien. Avec la notion de persévérance dans le parcours. J’apprends, ça me nourrit et à partir du moment où il n’y a plus d’action, plus de projets, ça m’angoisse.
 
TLC : Quelles qualités recherchez-vous chez l’autre?
FF : La réactivité, la droiture. Je suis un peu justicière, il faut que ça soit droit.
 
TLC : Quelle est votre idée du bonheur?
L’idée d’être alignée et puis surtout la liberté. Celle de faire et d’assumer ses choix, de prendre des risques. Je me sens très libre mais en même temps, parfois, cette liberté m’emprisonne. L’opportunité de ce que je suis en train d’entreprendre, ça a un coût, c’est du temps, que je n’ai plus forcément pour faire d’autres choses à côté de la Flèche. 
Si j’avais plus de temps, j’irais faire du kitesurf au Brésil par exemple, ça m’aiderait à prendre du recul, car j’en manque parfois et mon objectif pour l’année à venir, serait de gagner en distanciation. 
 
TLC : Si vous n’étiez pas vous, qui aimeriez-vous être?
Très facile : personne! Je suis ancrée et en phase avec moi-même. 
Je suis moi, je ne vais pas perdre mon temps avec ce genre de réflexion mais je trouve génial que des gens se posent cette question pour rêver.
Moi, ma vie est déjà un rêve, même s’il y a évidemment plein de choses à améliorer.
 
TLC : Quels sont vos auteurs de théâtre préférés?
Shakespeare, il y a tout dans Shakespeare : c’est un auteur qui m’émeut, c’est classique et moderne à la fois. Il y a toutes les émotions, c’est universel en terme de jeu pour les comédiens et les metteurs en scène.
Pierre Notte aussi évidemment : c’est grâce à lui que j’ai découvert l’univers du théâtre, c’est le premier professionnel qui m’a fait confiance et j’adore ses textes, sa musicalité. Pour une comédienne, dire du Pierre Notte, c’est très agréable.
Peter Handke enfin pour sa féérie et son imaginaire.
 
TLC : Une citation de théâtre qui pourrait être votre devise?
FF : Essayez, ratez, essayez encore, ratez encore, ratez mieux de Samuel Beckett (N.D.L.R.: Cap au Pire 1982). Elle est ancrée en moi depuis plus de 10 ans et c’est aussi la devise de la Compagnie Guild! Elle donne une certaine légitimité à l’échec et permet de le dépasser. Ça laisse un champs des possibles incroyable!
 
TLC : Une citation pour illustrer le théâtre LA FLECHE?
FF : Ce qui est fait ne peut être défait  de Shakespeare (N.D.L.R.: Macbeth 1587) car cela correspond bien à l’outil de la flèche et vers quoi elle pointe, c’est-à-dire la cible.
 
TLC : Quel est votre état d’esprit actuel?
Il y beaucoup de choses et ça va très vite. J’ai l’image d’un kaléidoscope pour représenter cet état avec toutes ces lumières de l’extérieur qui se réfléchissent à l’intérieur.
Toutes ces émotions comme des moteurs: l’excitation, l’énergie, la colère, la frustration…
 
TLC : Quelle est votre première expérience à LA FLECHE?
Je suis venue il y a 10 ans écouter un ami en concert, c’était de la folk et jamais je n’aurais imaginé à ce moment-là que ce serait mon théâtre, c’est magique.

 

La Flèche, 77 rue de Charonne, 75011 Paris, Tel. 01 40 09 70 40

Crédit Photos  : (c) ALPHARE 

Marina Rollman et son humour débarquent au Théâtre de l’Oeuvre.
Data Mossoul à la Colline : une réflexion sur l’immortalité 2.0
Geraldine Elbaz
Passionnée de théâtre, de musique et de littérature, cinéphile aussi, Géraldine Elbaz est curieuse, enthousiaste et parfois… critique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *