Théâtre

Le roi Pouf, une opérette burlesque au Théâtre Clavel

Le roi Pouf, une opérette burlesque au Théâtre Clavel

22 janvier 2011 | PAR Elise Arnould

Au pays du roi Pouf, la reine est enceinte. Un heureux événement qui fait trépigner le roi d’impatience. Il attend le fils promis mais …celui-ci ne vient pas, à sa place non pas une mais deux filles, de fausses jumelles. Pour se consoler de son malheur, le roi Pouf propose à Petrouchka, reine de Roussménie, une alliance. A l’âge de vingt ans, le prince Dimitri épousera la princesse mais… laquelle ? C’est autour de cette épineuse question que se noue toute l’intrigue.

Le roi Pouf est une opérette burlesque. On y retrouve ses codes : apartés, intrigants et quiproquos avec une pointe de second degré et d’humour qui la rattache toujours au présent. Une intrigue classique traitée sur le ton de la dérision.

Certaines chansons à plusieurs voix, comme celle du retour du roi, rappellent sans conteste les grandes heures de l’opérette dans ce qu’elle a de plus drôle et de plus cocasse. On retiendra également la chanson de la princesse au petit pois dans laquelle Hortensia s’affirme moins bête qu’on ne le pense. Le spectacle est ponctué de petites pointes et piques qui ne pourront manquer de vous arracher des sourires, voir des éclats de rires. Certaines chansons, se rapprochant d’un esprit plus contemporain, perdent ce piquant goguenard des airs les plus réussis.

Toute la cour du roi Pouf est chapeauté et couronnée d’improbables couvre-chefs très réussis. Les costumes semblent s’attacher à la fois d’un univers du conte traditionnel et de celui plus délirant d’une appropriation toute personnelle. La troupe est dans l’ensemble dynamique et investie. Les comédiennes qui campent les princesses Hortensia et Hortense semblent faites pour l’emploi, un choix très judicieux donc. Certains comédiens chanteurs manquent un soupçon de projection de voix pour passer au dessus de la musique et des chœurs.


Le roi Pouf est un moment de détente sympathique ouvert à tous qui n’a d’autre prétention que d’être une opérette réussie. Mettez donc tous votre sérieux de côté !

Lien vers le site de la compagnie Croc en jambe : ici

Réservations : ici

 

 

Ottone in Villa sous les doigts du Giardino Armonico et la baguette de Giovanni Antonini.
Le bloggeur Slim Amamou entre au gouvernement tunisien
Elise Arnould

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *