Théâtre

« Le poisson belge » : un dialogue touchant sur l’enfance en deuil avec Marc Lavoine à la Pépinière Théâtre

« Le poisson belge » : un dialogue touchant sur l’enfance en deuil avec Marc Lavoine à la Pépinière Théâtre

30 octobre 2015 | PAR Yaël Hirsch

Pour sa première fois sur les planches, l’excellent Marc Lavoine choisit une pièce de la talentueuse Leonore Confino. Dans Le Poisson Belge, il donne très joliment la réplique à Géraldine Martineau, jouant un célibataire endurci forcé d’héberger et de rassurer une enfant en détresse. Une pièce originale, qui nage génialement entre insouciance enfantine et gravité des coups de la vie. 

[rating=4]

Petite-fille s’installe chez Grand Monsieur. Elle est adolescente, très vive et sous le choc du décès de ses parents. Il est célibataire endurci, aime bien son confort, de brèves rencontres SM et surtout ne rien changer à sa vie. L’arrivée inopinée de cette gavroche qui a du mal à respirer le terrorise et le pousse également à aller puiser dans les trésors de ses ressources de soin et d’honnêteté pour l’aider à surmonter un deuil impossible. Première recette du vieux briscard : une leçon venue du Japon et qui consiste à remplir un bocal de larmes et à y mettre un poisson deux semaines, puis de l’en sortir et de le manger pour achever son deuil.

Face à une Géraldine Martineau athlétique et animée de toute la fougue de son personnage d’adolescente maligne, sensible et frappée par la vie, Marc Lavoine est aussi parfait sur les planches que sur scène ou sur grand écran : sobre, racé, toujours le ton juste, il donne un écho parfait aux texte minutieux et extrêmement original de Leonore Confino. Remarquée pour Building en off d’Avignon, la dramaturge avait fait parler d’elle à Paris en 2013  avec la pièce punchy sur le couple incarné par Samy Bouajila et Audrey Dana, Ring (voir notre critique). Toujours aussi « à vif », acerbe et en même temps généreuse et lucide dans son écriture, elle livre avec Le poisson belge une fable formidable sur l’enfance meurtrie. Parfaitement mis en valeur par la scénographie sobre de Marius Strasser et la mise en scène rythmée de Catherine Schaub, c’est l’un des spectacles les plus tendres de cet automne parisien.

Le poisson belge de Leonore Confino, avec Géraldine Martineau, Marc Lavoine, mise en scène Catherine Schaub, durée : 1h30, mar-sam 21h, matinée sam 16h.

visuels (c) Christophe Vootz &affiche officielle

 

Infos pratiques

Ciné – Théâtre 13
Théâtre de la Madeleine
la_pepiniere-opera

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *