Théâtre

Le poétique The Moon clôture le festival Traits d’Union en beauté

Le poétique The Moon clôture le festival Traits d’Union en beauté

07 février 2019 | PAR David Rofé-Sarfati

Le festival Traits d’union est dédié à la jeune création. De jeunes compagnies d’art dramatique y abordent des sujets d’actualités. Pour sa troisième édition, le thème est Utopie.  Riche de partenariats publics et non publics, le festival se transforme en une magnifique et contributive couveuse à talents qui se tient du 10 janvier au 27 janvier au Théâtre El Duende à Ivry-Sur-Seine. La jeune compagnie L‘éléphant y a présenté  une création atypique entre théâtre de gestes et d’objet et cirque.

 

Le spectacle a remporté le prix de la presse qui a voulu récompenser là et l’écriture et la performance de cinq acteurs de talent, déjà repérés en Avignon avec la pièce chorale Provisoire(s). En particulier,  Virginie Ruth-Joseph est surprenante et pleine de promesses dans son nouvel emploi comique.  The Moon est une invitation à la rêverie, un doux poème d’aventures qui nous aura captivés transportés dans un monde fantasque et merveilleux. D’un mauvais rêve un personnage s’éveille avec un seul objectif: décrocher la lune. Entre fantaisie  et quête initiatique, les aventuriers gauches mais confiants avanceront sans jamais se départir de l’attachement parfois conflictuel les uns aux autres.

Sans texte -c’est le mouvement des corps qui crée la grammaire-  l’écriture est  plus brillante et oblige d’autant les acteurs. Ceux ci résistent à cette pression avec brio et se transforment en pierrots en pantalons à bretelles (Aurore Bourgeois-Demachy est aérienne), en fabuleuses créatures ou en clowns attendrissants. Antoine Barberet veut garder le feu de l’espoir en le confrontant à l’impossible. L’espoir comme source et comme moteur des hommes. C’est enthousiasmant. 

La scénographie qui multiplie les innovations est une magnifique réussite par la grâce de la troupe, la hardiesse du propos et la science du rythme.

The Moon , mise en scène Antoine Barberet

visuel : affiche du spectacle 

Le « Savannah Bay » de Duras en terres mystérieuses
« Aujourd’hui sauvage », les combats sages de Lambert et Gladieux au Centre Pompidou
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *