Théâtre
Le petit théâtre du bout du monde Opus II de Ézéquiel Garcia-Romeu

Le petit théâtre du bout du monde Opus II de Ézéquiel Garcia-Romeu

25 novembre 2018 | PAR David Rofé-Sarfati

Au théâtre National de Nice dans une salle de répétition Ézéquiel Garcia-Romeu avec son équipe a installé un dispositif d’écriture par le théâtre d’objet. Le résultat est captivant et  envoûtant.

 

Nous sommes invités à nous répartir autour d’une grande installation évoquant un paysage désertique. Nous pourrons déambuler autour de cette contrée si proche et si lointaine à la fois qui sera le théâtre de trois épisodes comme autant de contes pour enfants curieux: Les villes endormies, le ballet des vieilles dames et le magique Le concert des hommes manteaux. Quatre manipulateurs créent devant nous un univers avec des marionnettes, du matériaux brut, des objets animés, des perches et des micro-projecteurs pendus à des potences elles aussi manipulées. Si les cinq premieres minutes sont déconcertantes, l’application des manipulateurs, la force de l’écriture scénique, la création musicale et la beauté des marionnettes saisissent le public qui reste figé devant le récit.

L’équipe maîtrise la marionnette, le théâtre d’objets, la musique, la robotique pour construire sous nos yeux à la manière d’un cuisinier qui fait apparaître son plat en transformant et intégrant chaque composant. Ainsi, le monde imaginaire se constitue et prend mouvement et les personnages semblent errer dans ce no man’s land à la recherche d’une vie meilleure. La force du geste est autant dans l’étrange familier de cet univers en création que dans le propos. Sans raconter d’histoire précise, la proposition s’inscrit en nos pensées par allusions et symboles et la force poétique de l’ensemble nous traverse à la manière d’un langage.

Le Petit Théâtre du Bout du Monde Opus II, mise en scène, scénographie, marionnettes et jeu Ezéquiel Garcia-Romeu

Crédit Photos :Théâtre de la Massue

La Boîte : noir c’est noir [escape game]
Youssef Abdelké à l’IMA : l’acte de résistance d’un artiste syrien
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture