Théâtre
Le médecin malgré lui est en délire au festival d’Avignon

Le médecin malgré lui est en délire au festival d’Avignon

27 juillet 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le collectif le PACK se compose de sept jeunes comédiens issus du cours Florent. Au festival d’Avignon ils ont choisi de transposer la comédie de Molière « Le Médecin malgré lui » dans le LA des 90’s. Le texte est respecté à la lettre et la mise en scène amuse. Voila un moment de théâtre simplement divertissant. Cela fait parfois du bien!
Les premières minutes feront peur, le jeu au départ hurlé glace le sang. Ensuite, vient le bonheur. Dans une scénographie sympathique où sont symbolisés les bas-fonds de Los-Angeles et les collines d’Hollywood par des rideaux, évoluent les acteurs habillés à la mode des années 90. Les changements de décors sont orchestrés par les techniciens dans une ambiance contemporaine renforcée par des néons violets.
Sganarelle ( magnifique Augustin de Monts) est marié à Martine, il l’exaspère, la bat et elle souhaite se venger en lui tendant un piège. Un jour, au milieu des poubelles surgissent deux hommes tout droit sortis d’un épisode de Police Fédérale de Los Angeles à la recherche d’un médecin capable de faire retrouver la parole à Lucinde, la fille de Géronte devenue muette après que son père lui ait interdit le mariage avec Léandre. C’est bien sûr Sganarelle qui, bien malgré lui, endossera le rôle.
Le texte se prête aux méprises et aux franches rigolades. Le faux médecin ne sait même pas situer un foie sur un corps, alors imaginez! Les comédiens s’en donnent à cœur joie et les idées de mises en scène fuse. Géronte est un concessionnaire Cadillac, sa fille, le sosie de Britney Spears et leur bonne est portoricaine.
La pièce est ponctuée de références amusantes à des séries télévisuelles et à des films. La salle éclate de rire en voyant Sganarelle faire son entrée dans une blouse des Hôpitaux de Paris sur la musique d’urgence. Cela aurait pu être de mauvais goût mais ici, bien porté par le comédien, l’idée fonctionne à merveille.
Une franche rigolade vous attend dans ce spectacle absolument tout public.

Le Pont des Soupirs d’Offenbach à l’Espace Pierre Cardin
« Point de Godwin » épileptique au Théâtre des Halles
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *