Théâtre
Le Made in Wip revient au Parc de la Villette

Le Made in Wip revient au Parc de la Villette

21 septembre 2012 | PAR Marie Pichereau

Pour cette nouvelle édition qui débute le 16 octobre prochain, La Villette ouvrira ses portes aux artistes autour d’une nouvelle thématique : Fiction et démocratie. Par le biais de la danse, du théâtre ou encore du graff, l’art se mue de manière pluridisciplinaire et fait émerger de nouvelles expériences créatrices d’esthétiques tout à fait nouvelles.

Au programme on commence par du théâtre, mardi 16 et mercredi 17 octobre dès 20h00 : Afropéennes d’Eva Doumbia. Ce « projet » théâtral questionne la place de la femme noire occidentale. Le but étant de dépasser les clichés ethniques et socio-culturels et d’aller vers la question de la démocratie et des ambiguïtés identitaires. On poursuit le mercredi dès 15h par une « performance Graff » d’Ella & Pitr. Plus communément appelés « le duo des papiers peintres », ces artistes atypiques nous dévoilent leurs conceptions du monde « urbain ». Leur démarche artistique prend comme point d’ancrage le collage de vieilles affiches originales sur le mur des villes. Le but final étant de constituer à travers ce placardage d’affiches, une sorte de « famille » de témoins silencieux et éphémères dans le milieu urbain. Vendredi 19 et samedi 20 octobre, on plonge dans l’univers de la chorale et de la danse. En premier lieu, l’on assiste à L‘encyclopédie de la parole, projet collectif qui tente d’appréhender de manière transversale et souvent hilarante la diversité des formes orales. Ensuite c’est la compagnie de Trabes (CIE DANS6T) qui nous présente une chorégraphie hybride, qui interroge les déchirures humaines et les reconstructions. Elle tire la sonnette d’alarme face à la banalisation et l’acceptation du « pire ». Le mardi de la semaine d’après, Julien Bouffier met en scène  « Les témoins, épisode 1: Manifestement« , avec la CIE ADESSO E SEMPRE. Ce projet-série est une sorte de théâtre documentaire et politique. Dans l’épisode premier, on s’interroge sur la forme que pourrait prendre le théâtre/médias. En somme, il s’agirait de raconter l’actualité du monde autrement, de manière moins figée via des comédiens.

On termine vendredi 26 et samedi 27, par un week-end résolument placé sous le signe de la danse. A partir de 20h00 deux spectacles, CIE DARUMA de Milène Duhameau : Ici est là. Premier volet d’un diptyque dédié aux émotions enfouies en chacun de nous, celles que l’on empêche d’exister et celles qui n’ont pas lieu d’être. La Compagnie Hip-hop STUDIO KABAKO prend la suite avec BOYOKA, Yann Leguay nous expose sa sensibilité et nous emmène dans son passé, son histoire et sa lutte de l’oubli.

Infos pratiques

Mort de la journaliste Sylvie Genevoix
La nouvelle campagne Benetton aide les jeunes chômeurs
Marie Pichereau

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture