Théâtre
Le Grand Cerf Bleu répète dans un Théâtre Ouvert fermé

Le Grand Cerf Bleu répète dans un Théâtre Ouvert fermé

07 juin 2020 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Drôle d’ambiance. Le 25 juin, le Théâtre Ouvert quittera la belle impasse de la Cité Veron. Et dans son dernier souffle, alors que les théâtres restent à 99% fermés, des répétitions ont lieu pour un projet repensé. Le collectif Le Grand Cerf Bleu se prépare à mettre en scène Brefs entretiens avec des femmes exceptionnelles de l’auteur catalan Joan Yago.

Se mettre à table

Anna Bouguereau, Etienne Jaumet, Laureline Le Bris-Cep, Juliette Prier, Laurie Barthélémy et Jean-Baptiste Tur sont donc à la table ce vendredi 5 juin. C’est un moment important : Laurie découvre son texte qu’elle jouera en alternance avec Juliette. La création de Brefs entretiens avec des femmes exceptionnelles devait avoir lieu en septembre 2020 à Rome en clôture du projet européen Fabulamundi-Playwriting Europe. Avec pas mal d’humour Jean-Baptiste glisse « à la place de Rome, on va à Nancy ». Et ce n’est pas une mince nouvelle. Si tout va bien le Festival La Mousson d’été aura bien lieu en août, oui, en août 2020 ! Et ce sera l’occasion pour le collectif de montrer une mise en espace du texte de Joan Yago.

Fabulamundi n’a tout de même pas dit son dernier mot. Et le projet se frotte aux recoins du Covid 19. Pas de représentation de ce projet à trois pays non, mais en Juillet 2020, une création d’une version sonore et la publication aux Éditions Tapuscrit | Théâtre Ouvert d’une version bilingue [catalan, français] du texte. 

Jouer pour de vrai

Ce texte est cousu main pour ce collectif qui adore être au bord de la chute. On rit souvent avec eux, mais jamais gratuitement. Leur Mouette, Non ce n’est pas ça, est restée gravée dans nos mémoires, truculente et excessive.  Ici, il s’agit d’une commande et c’est assez nouveau pour eux qui ont plutôt l’habitude d’une écriture au plateau.

Les voici donc en format plus classique. C’est Gabriel Tur ( également musicien) qui campe à merveille le rôle de metteur en scène. Il dirige au millimètre, à la virgule prés, et cela change tout car le texte impose d’être très « vrai ».  Il s’agit de plusieurs portraits de femmes tous reliés par un paradoxe. Par exemple, une Barbie féministe, une militante pro-armes et pro-gay…

A l’occasion de la répétition nous rencontrons Roberta Flax ( rien à voir avec la chanteuse !). Elle est transhumaniste et défend, face un intervieweur, son projet comme une start-up. Son idée ? « Placer le cerveaux hors du corps ». Rien que ça !  L’occasion d’une interview corsée à la fois très drôle et bien trop réaliste pour ne pas être effrayante. Tous les personnages ont été féminisés et sont inspirés de faits réels. 

Alors, il faudra attendre l’hiver 2021 pour les voir sur scène, pour de bon. La pandémie a décalé les travaux du nouveau Théâtre Ouvert qui s’installe dans les murs du Tarmac, le théâtre de la Francophonie, au 159 avenue Gambetta dans le 20e.  Ce n’est donc pas à l’automne que le théâtre ouvrira, mais bien en janvier. On y sera !

 

Visuel : ©ABN

Art, nature et poésie à Chaumont-sur-Loire
Les expos à voir en ce moment
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *