Théâtre
Le Cartographe, une pièce douce et dense sur les traces perdues

Le Cartographe, une pièce douce et dense sur les traces perdues

15 décembre 2021 | PAR David Rofé-Sarfati

Le cartographe est une aventure pédagogico-philosophique sur le métier de cartographe et sur la mémoire. Écrite par le dramaturge espagnol contemporain Juan Mayorga, la pièce magnifiée par une mise en scène fluide et intelligente inscrit son propos en nous. 

Un grand auteur contemporain

Juan Antonio Mayorga Ruano, né le 6 avril 1965 à Madrid, est un dramaturge espagnol. Il est traduit en de nombreuses langues et joué dans de nombreux pays. Son oeuvre dramatique se compose aujourd’hui d’une trentaine de pièces, toutes mises en scène, publiées et traduites en plusieurs langues. En France, il a, entre autres, été monté par Jorge Lavelli. En 2012, la pièce Le Garçon du dernier rang est adaptée au cinéma par François Ozon sous le titre Dans la maison. 

Après  des études de philosophie (doctorat en 1997) et de mathématiques, il mène des recherches autour des thèmes de la politique et de la mémoire chez Walter Benjamin, écrit de nombreux essais sur le rapport du théâtre et de la dramaturgie avec l’histoire, et enseigne la dramaturgie à l’Ecole Royale Supérieure d’Art Dramatique de Madrid. Ces questionnements se retrouvent dans le Cartographe . 

Le brûlant désir de mémoire

Varsovie‚ 1940 : avant que le ghetto ne soit complètement détruit‚ un vieil homme apprend son art de la cartographie à sa petite-fille. Varsovie‚ de nos jours : une femme se passionne pour cette histoire devenue une légende de guerre et part à la recherche de la carte. Peu à peu le passé et le présent se rejoignent : croisement des mémoires‚ des temps et des espaces. Il s’agit de cartographier l’effacement‚ de survivre à la perte par la précision des souvenirs reconstitués. Les choses importantes ne se voient qu’à petite échelle.

Une femme Blanche, épouse d’un attaché d’ambassade français récemment nommée en Pologne, découvre par hasard une exposition de photos dans une synagogue. Elle décide de parcourir la ville à la recherche de l’ancien ghetto. Depuis 1940 la ville moderne recouvre cette prison où des centaines de milliers de Juifs furent enfermés en vue de leur extermination. Du cadastre elle veut dévoiler tel un palimpseste les traces métrées du désastre.

Une grande maîtrise de l’art dramatique

Sur le plateau deux époques se répondent. Durant la guerre, un cartographe aidé par sa petite fille, trace la carte encore vivante du ghetto, pour lutter contre l’oubli. Aujourd’hui, Blanche dessine la cartographie de sa propre vie, de son traumatisme, de la trace de sa fille perdue. En 90 déjà, une autre femme, Déborah décidait de partir pour Sarajevo et de cartographier la ville en traçant des parcours pour éviter les snipers. A chaque fois, les lignes, les traits, les points, les observations jetées sur le papier luttent contre les odieuses volontés de taire ou d’escamoter.

La plume de Juan Mayorga fait déployer devant nous trois vies. La mise en scène imaginée par Hervé Petit intrique avec doigté les trois périodes pour un enseignement fondamental: cartographier c’est poser une réalité pour la transmettre et pour se l’approprier. La fabrique affûtée de la pièce, travail d’horlogerie, accueille les intentions, les sentiments et nos identifications. La troupe est formidable.  Charlotte Pradeilles, en particulier,  qui défend le  personnage de Blanche en mutation, impressionne de justesse.  

Une pièce bien faite pour un plaisir du spectateur sûr. 

Le cartographe

Texte : Juan Mayorga

Traduction : Yves Lebeau

Mise en scène : Hervé Petit

Interprétation : Myriam Allais, Laurent Bariteau, René Hernandez, Raphaël Mondon, Charlotte Pradeilles, Céline Rotard, Nicolas Thinot.

Durée : 1h40

Théâtre de l’opprimé

Crédit Photo @ Ariane Elmerich

La Société du Grand Paris lance un appel à projets artistique
Les voyages à l’huile de Loustal
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture