Théâtre
Laurent Gutmann propose une formation de « Prince » au Théâtre Paris Villette

Laurent Gutmann propose une formation de « Prince » au Théâtre Paris Villette

24 septembre 2014 | PAR Amelie Blaustein Niddam

« On est en retard » ? Pas vraiment, 10 minutes peut-être et après tout l’exactitude est la politesse des rois dixit Louis XVIII, non ? N’empêche, Nicolas Machiavel est sur scène, pas encore en costume. Il est à la bourre, depuis 500 ans, il rabâche une leçon de com’ politique de haute volée. Version  2014, on rit jaune face à l’actualité forcement machiavélique.

[rating=4]

Le carrosse est une demi-voiture et la couronne est en carton. Les chaises se plient, les lustres sont des  plafonniers scolaires et le café se boit dans des gobelets jetables. La royauté ce n’est plus ce que c’était, il faut bosser. Pour y arriver, Remi, Max et Myriam vont suivre une formation composée de briefs, d’ateliers et de débriefs, chapeautée par Karine, l’Iznogoud de Nicolas M.  Tous doivent apprendre à voler et à garder le pouvoir avec talent, car le public, pardon, le peuple est là présent, prêt à manifester et à accepter le retour d’un prince honni s’il le faut.

La farce prend rapidement, portée par une belle direction de bons acteurs. On retrouve Shady Nafar formée en danse par Gallota, Cyril Dubreuil, diplômé du Conservatoire, Thomas Blanchard, pensionnaire du Français, en petit nerveux en costard, Maud Le Grévellec, passée par le TNS qui saura user de ses charmes sans jamais lâcher son sac, et en homme des bois, le luxembourgeois Pitt Simon. Le metteur en scène de Pornographie  dirige ici au cordeau en sachant amener le rythme nécessaire à sa pièce qui pourrait pécher par une très belle idée qui ronronne. Ici, il sait sortir de la comédie qui voit ce texte du XVIe siècle raisonner mot pour mot avec la relation qu’une démocratie a au pouvoir par des trouvailles scéniques opportunes. Un bal lubrique, une mise au rébus, l’apprentissage du chant « Tu dormi », un madrigal du début XVI nous emportent et nous remettent dans le programme de formation très sérieux.

Présenté au TPV qui dans sa nouvelle mission s’adresse au jeune et au tout public, le spectacle séduira dès 11 ans.  Le texte de Machiavel, hymne d’hypocrisie, de magouille et de tactique est confronté aux exercices, formulés dans la langue d’aujourd’hui dans une fusion d’esprit totale. « C’est pas facile d’être président » entendions -nous récemment,  et cela est vrai. D’ailleurs, la meilleure question  du spectacle est posée par Myriam qui en répondant à un Quizz a gagné sa couronne (et une arme en plastique) :

-Que dois je faire ? et de s’entendre répondre

-Gouverner.

Visuel : ©Pierre Grosbois

Infos pratiques

Galerie des Bibliothèques
Hôtel Amour
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *