Théâtre
Laurent Couson, désirable salaud au Théâtre de Nesles

Laurent Couson, désirable salaud au Théâtre de Nesles

07 octobre 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Laurent Couson est en concert solo au Théâtre de Nesles. Il reprend ici les chansons du spectacle Monsieur Luxure qui avait reçu un joli accueil au Théâtre de la Gaité Mont parnasse. Celui qui était la tête d’affiche de Ces amours-là de Claude Lelouch quitte le grand écran pour nous livrer un spectacle en toute intimité. Seul derrière un piano, il séduit, jette avec une désinvolture douloureuse. Vous tomberez sous le charme de ce mec que les filles adorent détester !

Le Théâtre de Nesles se niche dans un angle de la chic rue Dauphine, on y entre et on commence la descente. Dans les bas-fonds voutés se propage une ambiance de lupanar, champagne évidement, fauteuil que l’on imagine confortable, chandelier à branches et luminaires rouges. Laurent Couson s’avance pour s’assoir au bord du piano, dans un tour de chant qui sied parfaitement au quartier latin. Il va nous chanter, sourire en coin et allure de dandy affirmé,  sa passion pour les femmes.

Le concert est conçu comme un spectacle, « c’est ici que tout commence puisque le décor est là ». Il nous dresse un tableau des femmes qui l’ont marqué : la passionnée, la prostituée, la femme fatale….de ces rencontres, il n’est pas sorti indemne. Pour se protéger, il entre en guerre et séduit à tout rompre. « Je quitte l’amour et je repars au combat » est son crédo. Il avoue mentir pour les mettre dans son lit, leur promettant à toutes des nouvelles qui ne viendront jamais.

Il malmène son piano, frappant fort, parfois trop. Il adoucit ensuite, notamment dans le morceau le plus juste du concert, une « Valse des funambules», alliant le piano et la trompette. Il met l’amour et les amants sur un fil fragile. Laurent Couson joue un Dom Juan contemporain. En costume noir et chemise blanche, le désir et le plaisir l’intéressent plus que les relations avec ces « connes ». Il nous attrape en sachant raconter des histoires glauques devenant ici attractives. Il gagne, arrivant à nous convaincre qu’un beau salaud comme lui est l’homme qu’il nous faut… Un bel escroc aux textes très bien écrits, cela donne un spectacle à voir absolument !

Trisha Brown continue de défier l’apesanteur
Un bar à sieste à Paris!
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

One thought on “Laurent Couson, désirable salaud au Théâtre de Nesles”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *