Théâtre

L’art dramatique en son écrin au Dejazet

L’art dramatique en son écrin au Dejazet

08 février 2019 | PAR David Rofé-Sarfati

Christophe Perton signe la mise en scène d’une pièce comique de Thomas Bernhard Le faiseur de théâtre. La pièce avec André Marcon dans le rôle titre trouve une parfaite résidence au Dejazet.

 

 

La pièce de Thomas Bernhard est un hymne ambigu et polysémique au théâtre et à ses gens. Le Faiseur de théâtre c’est Bruscon. André Marcon fantastique, interprète admirablement en finesse et en ambiguïté dans une longue logorrhée de deux heures le rôle titre.  Il offre à son  personnage un héroïsme ridicule et une touchante candeur entre violence et mauvaise foi.

Son Bruscon tyrannise devant nous son entourage sans que jamais nous osions le détester. Escorté de sa femme, de sa fille, de son fils, il  doit donner représentation de sa pièce La Roue de l’Histoire une pièce  totale et archétype de toute pièce dans un théâtre de fortune à l’arrière boutique d’un traiteur boucher de province. La salle du Dejazet est transposé en miroir sur le plateau. Le décor colle à la salle et l’effet visuel est épatant.

Bruscon assis devant nous est très occupé à réclamer à son régisseur (génial et imperturbable Éric Caruso) que les lumières des sorties de secours soient éteintes durant la représentation. Le ton est donné. La longue logorrhée de Bruscon/ Marcon alignera une bronca à la façon d’un Hamm de Fin de partie. Il s’agit là de rendre compte de ce qu’est le théâtre pour les gens qu’ils le font. La pièce semble saluer de loin la lumineuse pièce de Riton Liebman sur la solitude du comédien, qui se joue de l’autre coté de la place de la République. Bruscon auteur, metteur en scène, scénographe et comédien ne renonce à aucun détail et nous parle lui aussi de l’isolement du créateur, de son indispensable arrogance et de son contributif mauvais caractère. Il nous parle aussi de la décentralisation théâtrale et de certains publics parfois rustres. André Marcon nous enchante d’autant plus qu’il pourrait être le double de ce Bruscon, un acteur qui consacre sa vie, son désir et ses amours au texte dramatique et à son interprétation.  La chute, à découvrir est extraordinairement signifiante. Nous aurons rit, bouleversés par ce comédien d’exception. Un magnifique spectacle de théâtre sur le théâtre et contre lui.

 

Le Faiseur de théâtre.

Théâtre Déjazet.

du lun. au sam. à 20 h 30.

Durée:1 h 50.

Visuel : Affiche

[BERLINALE] « Grâce à Dieu » de François Ozon : les bonnes intentions ne font pas les bons films
GUS DAPPERTON, INNOVATEUR POP
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *