Théâtre
Làng Tôi, mon village. Par le Nouveau Cirque du Vietnam

Làng Tôi, mon village. Par le Nouveau Cirque du Vietnam

07 juillet 2011 | PAR Justine Hallard

« Oyé ! Oyé ! Approchez ! » Ainsi aurait pu commencer ce conte aussi vietnamien que circassien de « Làng Tôi, mon village ».
C’est sur des chants d’oiseaux qu’à la première lueur, les musiciens entonnent un air de flûte et laissent apparaître ces surprenants « bouquets » de bambous, qui montés et démontés à la façon d’un mikado, volant même au-dessus des têtes, seront le support comme le prétexte à toutes les acrobaties et instants suspendus de ce premier spectacle de nouveau cirque vietnamien.

Bercé par le rythme d’une journée de village, entre effervescence et moments de quiétude, les tableaux se succèdent par tour de passe-passe, sans même nous avoir laissé le temps de réaliser qu’un gigantesque agrès de bambous avait pu se monter ! Oui, il y a bel et bien de la magie dans ce cirque vietnamien ! Non pas celle qui fait sortir les lapins des chapeaux, mais celle qui vous envoûte et qui vous transporte en Asie du sud-est. Le spectacle n’est qu’invitation à la rêverie et à la contemplation.
Ici, les artistes transforment les bambous en jonque sur le fleuve ou en ponts suspendus, les scènes de marché apparaissent, derrière des nattes suspendues, par un subtil jeu d’ombres et de lumières… On se love au creux d’un hamac ou en haut d’un entrelacs de bambous pour y faire la sieste, laissant là toute la sensualité s’installer pour s’évaporer ensuite sous une pluie de mousson.

On est très loin de Pékin, où ce sont plutôt la cadence et les performances qui y font leur cirque.
À Làng Tôi, on y descend des bambous lisses comme des escaliers, les contorsionnistes prennent l’allure de drôles de petites araignées, pendant que les jongleurs deviennent d’étonnants percussionnistes ! Équilibristes, voltigeurs et acrobates deviennent aussi tour à tour comédiens, chanteurs et danseurs. A l’image du bambou, les frêles compositions des corps laissent croire à une fragilité, mais pour apparaître encore plus souples et plus forts à chaque nouveau tableau, et ce magnifiquement accompagné par les cithares, guimbardes et autres vielles.

Laissez-vous porter par ce voyage poétique où les circassiens s’amusent et voltigent, où les bambous dansent et où les étoiles s’accrochent au ciel sous le chant des grillons, pour vous souhaiter désormais une douce nuit à Làng Tôi.

 

Mise en scène : Le Tuan Anh
Auteurs : Nhat Ly Nguyen, Le Tuan Anh, Lan Maurice Nguyen

Nhat Ly et Lan Nguyen sont français d’origine vietnamienne. Ils ont vécu en France et au Vietnam. Ils ont été formés à l’École du Cirque national de Hanoï. Le metteur en scène Tuan Lé, qui a gardé sa nationalité vietnamienne, vit entre l’Allemagne (Berlin) et le Vietnam. Il mène, par ailleurs, une carrière de jongleur international. Il est issu de l’École du Cirque national de Ho Chi Minh.

Spectacle présenté dans le cadre de Circus Platform.

Infos pratiques

« Le suicidé » installe la dérision à la carrière Boulbon
Elie Saab nous transporte dans son rêve urbain
Justine Hallard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *