Théâtre

La Révolte de Villiers de L’isle-Adam au Déchargeurs

La Révolte de Villiers de L’isle-Adam au Déchargeurs

05 novembre 2017 | PAR David Rofé-Sarfati

La Révolte est une pièce de Villiers de l’Isle-Adam créé en 1870 au Théâtre du Vaudeville. Heurtant violemment l’idéologie bourgeoise elle disparait après cinq représentations. L’oeuvre a conservé son caractère subversif et offre aujourd’hui au Théâtre Les Déchargeurs à Dimitri Storoge et Maud Wyler deux rôles passionnants.

Un récit insurrectionnel sur l’émancipation de la femme, mais pas que. 

Une femme quitte son mari pour revenir vers lui quelques heures après, quand elle comprend amère qu’elle n’aura pas la force de réaliser son rêve : vivre pour elle même. À sa création le personnage de l’épouse a 27 ans, son mari 40; il demeure aujourd’hui dans le phrasé et le ton de Dimitri Storoge ce que la différence d’âge appuyait alors du paternalisme des maris, héritage d’un patriarcat qui n’admet ni doute ni remise en cause.  

Ils sont jeunes et beaux. Semblent heureux. Elle tient les livres de comptes et grâce à un travail consciencieux triple la fortune de son mari. Mais un soir elle remplace le « tu » par le vouvoiement et, comme l’acte dernier d’une révolte qui grondait en elle depuis longtemps, solde ses comptes, donne quitus de ce que fut leur mariage à la manière d’un esclave qui calcule la somme de son affranchissement. Elle le quitte. Il est stupéfait. Mais bien vite elle conçoit que quitter mari et enfant est un tabou indépassable. Son retour est aussi sinistre que son réquisitoire pour sa libération fut quatre heures plus tôt, flamboyant.

Au delà de ce parcours de femme qui tente de briser un tabou encore actuel vient la question contemporaine et violente de la liberté individuelle, la question de ce que au regard de l’envie de se réaliser soi même compte ou ne compte pas.

La découverte d’une grande actrice. 

Le décor est effacé car dans la petite salle des Déchargeurs, la pièce veut être soutenue par le jeu des acteurs. Dimitri Storoge défend sa proposition avec brio. Avec Maud Wyler ils honorent le texte à la plume romantique de Villiers de l’Isle Adam. L’auteur lui même avait abandonné son fils naturel Victor et la mère de celui ci, sur son lit de mort toutefois et pour obtenir l’absolution il se mariera à la hâte avec elle et reconnaitra leur enfant. Dans Révolte il sait de quoi il parle et Elisabeth, le personnage féminin n’est autre que lui.

Maud Wyler est certainement la découverte de la pièce. Bien que la comédienne est déjà riche d’un joli CV. Elle a été formée au Studio d’Asnières avec Jean-Louis Barbaz puis au Centre national supérieur d’Art dramatique avec Dominique Valadié, Christiane Cohendy, Andrzej Seweryn et Christophe Honoré. Au théâtre, elle a jouée dans Le Comte de Monte-Cristo d’Alexandre Dumas, mise en scène de Maria Zachenska, Le Masque boiteux de Kof Kwahulé, mise en scène d’Amada Diop, Leaves de Lucy Cadwell, mise en scène de Mélanie Leray, Mademoiselle Julie d’August Strindberg, mise en scène de Géraldine Martineau, Sous contrôle de et mise en scène de Frédéric Sontag, De beaux lendemains de Russel Banks, mise en scène d’Emmanuel Meirieu aux Bouffes du Nord, Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand, mise en scène de Dominique Pitoiset au Théâtre de l’Odéon en 2013, Trissotin ou Les Femmes savantes de Molière, mise en scène de Macha Makeieff à La Criée à Marseille en 2015, La Réplique de et mise en scène de Robert Cantarella et Faust saison 2 de et mise en scène de Robert Cantarella au Théâtre des Amandiers cette année. Au cinéma, elle a joué entre autres pour Amos Gitaï, Cédric Klapisch ou Abdellatif Kechiche.

Dans Révolte Maud Wyler embrasse toute la puissance du propos. Elle y confirme son intelligence des textes tandis qu’elle signe un jeu quasi invisible et tout en tension qui caractèrise les grands acteurs.

 

REVOLTE 
De Auguste de Villiers de L’Isle-Adam,
mise en scène Salomé Broussky.
Avec Dimitri Storoge, Maud Wyler

1H10
Les Déchargeurs
3 Rue des déchargeurs
75001 Paris

Infos pratiques

Association notoire
Lavoir moderne parisien
theatre_les_dechargeurs

One thought on “La Révolte de Villiers de L’isle-Adam au Déchargeurs”

Commentaire(s)

  • Serge Meyer

    Derriere les convenances mille fois entendues il y a le reve qui est ici pose si pres devant nous, et dit de facon magistrale, incarne par deux comediens au talents rares, a suivre absolument.

    novembre 19, 2017 at 12 h 39 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *