Théâtre

LA NOSTALGIE DES BLATTES texte et mise en scène: Pierre Notte, avec Catherine Hiegel et Tania Torrens.

LA NOSTALGIE DES BLATTES texte et mise en scène: Pierre Notte, avec Catherine Hiegel et Tania Torrens.

29 septembre 2017 | PAR David Rofé-Sarfati

Pierre Notte monte une nouvelle création au Rond Point avec deux anciennes sociétaires de la Comédie Française; et c’est encore poétiquement génial et génialement poétique.

Imaginez deux vieilles femmes qui se laisseraient vieillir, qui auraient refusé toutes les interventions chirurgicales et les soins cosmétiques afin dans une sorte de musée de vieilles de s’exposer au monde. Rescapées d’un jeunisme qui fait système, discours et religion, elle se tiennent dans un musée de vraies vieilles naturelles. Catherine Hiegel a eu l’idée de la pièce avec Tania Torrens et elles ont sollicité Pierre Notte, créateur poète et metteur en scène virtuose pour donner corps à cette allégorie humaniste, à ce tête à tête enchanté de deux vieilles assises face au vide. Les deux femmes dialoguent et se livrent à un combat sans merci. Elles attendent un passant, un client, un sauveur. Elles attendraient un Godot si à la fin elles ne se lèvent et quittent ce monde qui fait peur. Ensemble, victorieuses.

Catherine Higel et Tania Torrens sont épatantes. Elles électrisent la salle, partagent avec nous le bonheur du jeu et celui de vivre cet instant, un instant magique créé par le génie d’un Pierre Notte habitué aux mises en scènes à contraintes impossibles (auteur de l’essai sur le théâtre L’effort d’être spectateur, et de pièces à succès, entre autres : Moi aussi, je suis Catherine Deneuve , C’est Noël tant pis, Demain dès l’aube, Perdues dans Stockholm, Ma Folle Otarie);  les deux comédiennes resteront assises tout le long de la pièce vissées à leur siège dans un décor minimaliste, deux chaises sur une estrade, un filet de lumière aidé de virgules sonores figurant le hors champ.

La pièce traverse les questions du vieillissement, du temps des bilans à affronter, de l’ambivalent impact de la présence de l’autre toujours encombrant et jamais mis en échec. En principal, elle aborde par le truchement de ce qui circule entre les deux personnages-comédiennes puis entre elles et le public le sujet qui occupe Pierre Notte depuis longtemps : l’implacable amour entre les êtres. La nostalgie des blattes est  bouleversant.

Texte et mise en scène : Pierre Notte
Avec : Catherine Hiegel, Tania Torrens
Lumières : Antonio de Carvalho
Son : David Geffard

En conférence à Paris le 2 octobre, Rodger Kamenetz nous parle de bouddhisme, de judaïsme, de méditation et de Poésie [Interview]
E Cosi, Franck Krawczyk réinvente la partition de Mozart à La Marbrerie.
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *