Théâtre
La mélodie du malheur de Duncan Macmillan à Chantiers d’Europe

La mélodie du malheur de Duncan Macmillan à Chantiers d’Europe

18 mai 2017 | PAR Amelie Blaustein Niddam

So so british. On ne peut pas dire moins à entendre et à voir la proposition de Duncan Macmillan Every Brilliant Thing. Dans une moiteur parisienne toute tropicale, sous les toits de l’Espace Cardin il nous aura fait rire en nous parlant du pire.

[rating=4]

C’est de la stand-up vraiment classique. Un gars au centre et autour un public appelé à être constamment sollicité. Certains se voient attribuer des rôles : celui du véto qui piquera le chien du gamin alors âgé de 7 ans qui se trouve devant nous, deux ou trois dizaines d’années plus tard, Madame Peterson, psy de son état, son papa,  ou Sam, l’amoureuse des livres…

Présenté dans le cadre de Chantiers d’Europe, le festival très éclectique du théâtre de la ville qui commence la clôture de saison avant les grands départs pour Avignon, cette pièce britannique raconte la façon de faire du théâtre de l’autre côté de la Manche.  Tout comme Ben Duke qui également au Théâtre de la Ville passait par l’humour pour dire sa relation désespérée au monde, Jonny Donahoe tire la carte du speed et du rire de tout.

Le pire pour lui ce sont les tendances suicidaires de sa mères et sa cohorte de très hauts et de très bas. Alors pour conjurer le sort il fait une liste, une liste qui attendra un million de petits bonheurs.

1- Les glaces

2-Les batailles d’eau

3-Rester debout après l’heure du coucher et regarder la télé

Et ainsi de suite jusqu’à un million.

En une heure de positive show, le comédien qui fait partie du groupe Johnny and the Baptists sur la BBC Radio 4 tente de nous faire oublier la chaleur, la moiteur et les soucis du quotidien. Tout repose donc sur lui et sur sa capacité à mobiliser son casting du soir.  Est-ce que Every Brilliant Thing peut sortir un spectateur de la dépression ?  Non, et le metteur en scène le sait.  Est-ce que c’est là la mission du théâtre ? Non plus.

En revanche, se retrouver sur scène, avec l’idée qu’ici tout le monde aura un rôle même tout petit, cela met en route le bonheur. Le comédien tout terrain n’a peur de rien et se confronte pleine lumière au public. Il déploie son énergie monumentale à nous faire entrer dans sa proposition et y arrive. On sort de là en ayant envie de lister d’autres bonheurs :

1 million 1 : Retrouver des amis au bar du Théâtre de la Ville

1 million 2 :  Marcher place de la Concorde après la pluie

…..

Chantiers d’Europe se déroule jusqu’au 24 mai au Théâtre de la Ville (Espace Cardin et Abbesses)

Visuel : ©Paines Plough

 

[Live Report] Bebe Rexha électrise le YOYO au Palais de Tokyo
Pierre Laborie, l’historien de l’opinion sous Vichy, est mort
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *