Théâtre
La leçon de Piano du Naufragé au Théâtre de la Bastille

La leçon de Piano du Naufragé au Théâtre de la Bastille

29 novembre 2012 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le Théâtre de la Bastille accueille un texte de Thomas Bernhard,  mis en scène par Joël Jouanneau et interprété par Armel Veilhan, bref, que du beau monde pour nous accompagner dans un solo où un inconnu nous parle de Glenn Gould, en apparence.

Mais qui est-il cet homme portant couvre chef et manteau gris ? Il parle dans un phrasé hâtif et linéaire, comme armé d’une mitraillette. Il déballe des histoires de suicide du haut d’une montagne, racontant l’histoire de ceux qui n’ont pas osé sauter. On comprendra plus tard. Il vient nous raconter un duel entre les prestigieux élèves d’Horowitz :  Glenn Gould et Wertheimer. Un duel insidieux qui a vu le talent de l’un effacer les capacités de l’autre. Dans un mimétisme fou, les deux pianistes meurent à 51 ans. Gould de mort naturelle, Wertheimer par suicide.

Le spectacle nous amène à comprendre comment l’homme a pu mettre fin à ses jours. Le plateau défini par un gaffeur blanc laisse voir un piano, une chaise renversée  au dessus de laquelle pend une corde… Rien… ou presque, mais absolument tout en somme pour créer l’attention nécessaire au théâtre aux mots de Bernhard.

On entre dans le verbe ardu du comédien, on s’y fond complètement. Chose folle, et point d’orgue de la pièce, nous ne saurons jamais qui nous parle. Qui est cet homme ami intime des deux musiciens, pianiste lui même ?  De sa place d’inconnu il nous livre toute la vie du suicidé. On dévore ses relations conflictuelles avec sa soeur partie s’enfermer dans une vie bourgeoise en Suisse.  Ici, ce sont les femmes qui viennent refléter la fusion de ces hommes avec leur piano. La tenancière de l’auberge avec qui le narrateur a, on le devine, une passion, devient une partition à elle seule avec ses graves et ses aigus.

On se laisse porter pour être littéralement emportés quand le comédien devient pianiste, quand la (belle) lumière se fait tendre et que les notes de T?ru Takemitsu  s’envolent.

Le spectacle prend en force lentement, ce qui est étrange c’est à quel point il abandonne le spectateur, pris au piège des tourments d’un homme.  Jouaneau réussit une mise en scène autant dépouillée que limpide, il a fait de nous… des naufragés.

Visuel : (c) Mario Del Curo

« Once Upon a Time » chez M6
La sélection du festival d’Angoulême 2013 enfin dévoilée
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *