Théâtre
La famille Ortiz, une histoire colorée et foutraque qui oscille entre fantaisie et gravité, au Théâtre Rive Gauche

La famille Ortiz, une histoire colorée et foutraque qui oscille entre fantaisie et gravité, au Théâtre Rive Gauche

15 octobre 2019 | PAR Geraldine Elbaz

Après Adieu Monsieur Haffmann, primé de quatre Molières en 2018, Jean-Philippe Daguerre revient aujourd’hui avec une pièce plus personnelle sur la famille et ses secrets.

Pierre (Stéphane Dauch) et Claire (Charlotte Matzneff) vivent au Japon et attendent leur premier enfant. Pierre Ortiz est originaire du sud-ouest de la France, qu’il a quitté avec l’ambition de devenir une vedette de la chanson française. Tout se passe pour le mieux jusqu’à l’arrivée, un beau matin de ses frères cachés, dont Claire ignorait l’existence…

Cet événement devient l’occasion d’avouer pourquoi Pierre a quitté sa famille et de donner à sa femme une sorte de journal intime dans lequel est racontée sa vie d’avant. 

On découvre alors les personnages truculents de cette famille Ortiz, composée du père jovial et fougueux, Miguel (Bernard Malaka), toréador au passé glorieux qui nous fait revivre ses plus belles corridas grâce à une mise en scène rythmée ; de la mère protectrice et aimante, Marie (Isabelle de Botton), ancienne infirmière et des trois fils, Pierre l’aîné et les jumeaux complices Lino (Antoine Guiraud) et Ali (Kamel Isker).

Il fait bon vivre chez les Ortiz au bord de la Garonne, entre deux parties de pêche. L’osmose familiale prédomine, l’atmosphère est ouatée, remplie d’amour et de bienveillance jusqu’au jour où…
Un drame vient bousculer cet équilibre qui semble parfait et rien n’est plus comme avant. 

Pourquoi Pierre est-il parti vivre à l’autre bout du monde en coupant les ponts du jour au lendemain avec sa famille ? Pourquoi a-t-il choisi de faire table rase de son passé ? Est-ce que ses frères arrivent trop tard ou une explication est-elle encore possible? Quelle réalité abrupte va les rattraper?

Jean-Philippe Daguerre, auteur et metteur en scène, s’attèle ici aux secrets de famille, aux non-dits et à leurs lourdes conséquences.

 
 
La famille Ortiz depuis le 9 octobre au Théâtre Rive Gauche.
 
 
Durée: 1H30
 
Crédit photo : ©Fabienne RAPPENEAU
 
« Final cut » : une première parisienne réussie au Centre Wallonie-Bruxelles !
Corneille retrouve « Le bonheur » (clip)
Geraldine Elbaz
Passionnée de théâtre, de musique et de littérature, cinéphile aussi, Géraldine Elbaz est curieuse, enthousiaste et parfois… critique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *