Théâtre

« La dispute » : Mohamed El Khatib donne merveilleusement la parole aux enfants de divorcés au Théâtre de la Ville

« La dispute » : Mohamed El Khatib donne merveilleusement la parole aux enfants de divorcés au Théâtre de la Ville

11 novembre 2019 | PAR Yaël Hirsch

Après avoir donné la parole aux parents qui avaient perdu un enfant en 2017 au Théâtre de la Ville avec C’est la vie, Mohamed El Khatib, artiste associé, a, dans le cadre du Festival d’Automne, emmené son théâtre documentaire pour donner la parole à des enfants de 8 ans sur les tensions menant à la séparation de leurs parents. La Dispute est un  petit bijou d’humour, de tendresse et de mise en scène.

Invité à créer une pièce avec des enfants, Mohamed El Khatib a passé plusieurs mois dans des écoles primaires pour les interviewer sur les disputes de leurs parents et la principale : celle qui mène à leur séparation. Sa vidéo est là, dès le début qui nous attend sur une scène lumineuse faite de légos et de playmobils, où le visage d’une petite fille de 8 ans s’affiche. Quand le spectacle commence dans la petite salle de l’Espace Pierre Cardin, la vidéo commence et la petite fille parle avec naturel : elle est drôle, espiègle, un peu fière de participer au spectacle et a beaucoup de recul sur les désaccords de ses parents…

Même fierté dans l’œil des six enfants choisis pour monter sur scène et « interpréter » le spectacle fait de leurs paroles. Ils ont maintenant presque tous 9 ans, ils sont très présents, ils sont un peu émus aussi, et très vite espiègles quand ils attrapent leurs flûtes pour nous interpréter les trompettes d’Maurice Jarre et nous transporter à Avignon. S’ensuit un réquisitoire contre (ou avec!) les parents devant des tribunes blanches montées en légos : « Comment avez décidé de nous l’annoncer? », « Vous saviez qu’après, rien ne serait plus comme avant ? » « Vous avez jamais pensé qu’on allait s’inquiéter pour vous? »…

Puis directement de scène sur des ponts et des sièges en légos avec des parents playmobils ou depuis l’écran ou d’autres témoignages sont diffusés les paroles fusent, drôles, poétiques, merveilleusement jouées, avec tellement de vie. L’émotion est là, autour de la petite chanson d’Alain Souchon qu’une des petites filles joue à la guitare pour une autre qui a écouté sa mère lui raconter la séparation sur « Foule sentimentale », autour de la figure du pont – d’Aubusson ou Avignon et dans les larmes qui montent en même temps que le sourire dans le public dit « adulte » qui se reconnait dans les maladroits parents ou qui revit les disputes de l’enfance au contact de ces petits acteurs « sismographes » et tellement pertinents.

Le résultat est un partage merveilleux, où les enfants eux-mêmes ne se mentent et ne nous mentent jamais ; même venue de la bouche des enfants, la vérité reste joliment maquillée au Théâtre de la Ville et, très soucieux du collage et des petits mensonges qu’il a demandé à ses jeunes acteurs Mohamed El Khatib leur demande de nous le rappeler dans un final mutin et tendre. Une pièce d’une émotion et d’une justesse folles, où beaucoup est dit, à aller voir seul ou en famille, jusqu’au 1er décembre.

la dispute from zirlib on Vimeo.

visuel : ©JOHANNE LAMOULERE

Infos pratiques

A la folie théâtre
Théâtre Italique
espace_pierre_cardin

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *