Théâtre

Julie Depardieu rend fou les hommes dans Nono de Guitry

28 septembre 2010 | PAR Christophe Candoni

Nous avions accueilli très froidement l’atypique et décevante Maison de poupée qu’avait proposé Michel Fau la saison dernière, il en est tout autrement avec Nono qu’il donne actuellement au Théâtre de la Madeleine, avec pour partenaire Julie Depardieu ; elle y est une évidence dans le rôle-titre. Nul doute que la fantaisie et l’humour du metteur en scène est davantage en adéquation avec la légèreté et l’intelligence du texte du jeune Sacha Guitry (âgé de 19 ans lorsqu’il écrit ce texte rarement joué aujourd’hui). Malgré quelques facilités et maladresses dans le spectacle, la soirée est plaisante alors nous ne boudons pas notre plaisir.


Les décors et les costumes ne sont pas de Roger Harth et de Donald Cardwell mais la production de Michel Fau sent un parfum d’antan et comporte un charme rétro complètement assumé : les décors faits de toiles peintes et carton-pâte ne sont pas inélégants, plus réussis pour la salle de restaurant de l’Acte I que pour le jardin bucolique de la villa. Dans cet écrin emprunt de l’atmosphère « Belle époque » évolue Nono, une charmante jeune femme, une « grue » qui se laisse entretenir par les hommes : son amant (Xavier Gallais) et le meilleur ami de celui-ci (Michel Fau).

Affriolante dans des tenues fleuries et clinquantes, Julie Depardieu joue une Nono avec caractère. Elle est à la fois la gourde séduisante qui n’a pas le temps de lire et la fausse ingénue à qui il ne faut pas en promettre. Elle veut du divertissement, s’amuser et mener la grande vie. Dépensière et inconséquente, elle s’ennuie vite à Trouville chez son nouvel amant. L’actrice, spontanée, joue avec un plaisir, une application et une gourmandise admirables sur les planches qu’elle a peu fréquentées mais survole un peu le rôle.

Xavier Gallais est excellent dans le rôle de Jacques, tellement drôle en éternel adolescent, maniéré, fougueux, parfois bébête. Par excès de cabotinage, il se gâche dans la joute verbale avec Michel Fau à l’acte II. Les deux acteurs se complaisent dans un jeu outrancier qui agace. En se distribuant dans Robert, Michel Fau se donne le premier mais pas le beau rôle. Comme d’habitude son ton emphatique et déclamatif est rasoir mais il se délecte de l’esprit de Guitry : drôle, arrogant, malicieux et parfois méchant envers Madame Weiss, son ancienne maîtresse, Brigitte Catillon en corbeau noir tout en plumes, qui l’épie partout. Pour le couple de domestique, Roland Menou est bon mais Sissi Duparc frôle l’amateurisme dans un jeu braillard, non maîtrisé. La pièce reste fort divertissante, les répliques font mouche et c’est une bonne idée d’avoir remis Nono à l’affiche.

Nono, au Théâtre de la Madeleine, du mardi au samedi à 21h et le dimanche à 15h. 19, rue de Surène, 8 arr. 01 42 65 07 09. www.theatremadeleine.com

La tension d’En Sursis se déploie à la Folie Théâtre
Keira Knightley à moto pour Chanel
Christophe Candoni
Christophe est né le 10 mai 1986. Lors de ses études de lettres modernes pendant cinq ans à l’Université d’Amiens, il a validé deux mémoires sur le théâtre de Bernard-Marie Koltès et de Paul Claudel. Actuellement, Christophe Candoni s'apprête à présenter un nouveau master dans les études théâtrales à la Sorbonne Nouvelle (Paris III). Spectateur enthousiaste, curieux et critique, il s’intéresse particulièrement à la mise en scène contemporaine européenne (Warlikowski, Ostermeier…), au théâtre classique et contemporain, au jeu de l’acteur. Il a fait de la musique (pratique le violon) et du théâtre amateur. Ses goûts le portent vers la littérature, l’opéra, et l’Italie.

2 thoughts on “Julie Depardieu rend fou les hommes dans Nono de Guitry”

Commentaire(s)

  • Bonjour,
    Le théâtre de la Madeleine fait partie de notre réseau et nous avons justement réalisé une vidéo au sujet de la pièce « Nono ». Vous pourrez y découvrir les coulisses du théâtre ainsi que des interviews des comédiens, pour la visionner, c’est ici : http://www.youtube.com/watch?v=gwz0smxQO4I.
    A bientôt,
    Les Théâtres Parisiens Associés

    janvier 20, 2011 at 18 h 14 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *