Théâtre
Journal d’une machine : une pièce étourdissante

Journal d’une machine : une pièce étourdissante

01 mai 2013 | PAR Sandra Bernard

journal-machine-5-0323e

Matsuo Suzuki est un auteur atypique. Très populaire au Japon, ses pièces, relativement difficiles à traduire, sont bourrées d’humour et de références typiquement nipponnes. Aussi, ce fut une grande première pour la Maison de la Culture du Japon à Paris et son public d’accueillir Journal d’une machine et son auteur du 25 au 27 avril 2013.

journal-machine-4-5e474

Tout débute une nuit de tempête. Dans un préfabriqué de la petite usine familiale, un drame se produit. Michio, le plus jeune fils de la famille, agresse Sachiko, une jeune ouvrière. Un an plus tard, Michio est enchaîné, contraint d’expier sa faute, et son grand frère, afin de racheter son crime, à épouser la victime. Ce climat familial plus qu’atypique et dérangeant est bouleversé par l’arrivée d’une nouvelle employée, une femme d’âge mûr, passionnée par les machines. Ainsi, dans la fournaise de l’été et le vacarme des machines, les sentiments et les frustrations explosent.

Journal-machine-3-1662b

Journal d’une machine est un huis clos familial décalé où les névroses de chacun réapparaissent les unes après les autres. Tour à tour victimes et bourreaux, sains d’esprit ou inquiétants, les personnages s’affrontent, se confrontent et s’intimident. Déni, résignation, rébellion et folie s’entrecroisent dans cette frénésie bruyante et désespérée portant sur la norme physique et sociale et son importance dans la société nippone, de même que sur la persécution et la hiérarchie sociale.

journal-machine-2-814d9

A la fois déstabilisante et originale, la pièce, à mi chemin de la comédie musicale dévoyée et servie par un décor et une mise en scène soignés, ne laisse personne de marbre. Saluons la performance des quatre acteurs, également remarquables et notons que les deux heures dix de spectacle passent très rapidement.

journal-machine-1

Félicitons également l’allocution en français de l’auteur-metteur en scène venu présenter sa pièce en personne.

Visuels : © NOBUHIKO HIKIJI

Mac Guffin : une jeune formation prometeuse
L’Affrontement : Face à face entre les anciens et les modernes sur l’autel
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture