Théâtre
Jolie « Arnaque » à Villeneuve en Scène

Jolie « Arnaque » à Villeneuve en Scène

07 juillet 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

La compagnie les Six faux nez pose son théâtre ambulant dans la forêt de pins de Villeneuve Les Avignon. Dans un chapiteau à ciel ouvert, ils nous racontent « l’Arnaque », un spectacle aux croisements du cirque, du cabaret et du théâtre de rue. Voici la folle histoire, mais néanmoins vraie, d’un clown devenu roi d’Albanie!

Dans une scénographie à la Mnouchkine, la belle troupe a posé le public face à face, le forçant à se regarder et à parcourir des yeux le plateau central fait de lattes de bois. La lumière arrive sur roulettes, à bord d’un vaisseau-vélo dont le conducteur est trompettiste. Tout est comme ça ici, comme bricolé, nous sommes dans un théâtre du sensible et de l’émotion.

L’histoire est tellement folle qu’elle est totalement vraie. En 1913, l’Albanie fraîchement indépendante se cherche un roi, ce sera Halim Eddine. Du côté d’un cirque européen, un clown, Otto, se trouve une ressemblance certaine avec le prince et usurpe trois jours durant son identité, le temps suffisant de piller le trésor public. On raconte que sur sa tombe, il est écrit « Ancien roi d’Albanie »…

Pour nous raconter cette histoire, les comédiens utilisent toutes les facettes du cirque. En une petite heure vous assisterez à des numéros de clown, tremblerez pour une funambule, écouterez les chansons slaves portées par la belle accordéoniste. Le récit, souvent mimé, est entrecoupé de scènes de cabaret, l’Arnaque faisant la part belle au chant et à la musique.

L’Arnaque se place dans la lignée du théâtre de rue disparu aujourd’hui du festival d’Avignon, on y retrouve la magie de l’essentiel, des bouts de ficelles devenant un magistral trapèze. La compagnie vient toucher juste l’imaginaire du spectateur en faisant appel à ses sensations d’enfant.

Visuel : (c) Anja Piepenstock

Hussein Chalayan expose ses « Récits de mode » aux Arts Décoratifs
Festival de Nîmes: que des stars !
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *