Théâtre
Jean Zay, l’homme complet, une pièce incontournable

Jean Zay, l’homme complet, une pièce incontournable

08 mars 2022 | PAR David Rofé-Sarfati

Xavier Béja adapte et  interprète le récit  de Jean Zay sur sa captivité. Mise en scène par Michel Cochet, la pièce est un voyage édifiant dans le temps.

Une figure emblématique dans l’histoire

Né à Orléans en 1904, Jean Zay y est élu député radical-socialiste en 1932. Sous-secrétaire d’Etat à la Présidence du Conseil en janvier 1936 -il n’a pas encore 32 ans- il est appelé en juin  par Léon Blum pour devenir ministre de l’Education Nationale. Il conserve ce poste jusqu’à la guerre, démissionnant alors pour porter l’uniforme. Jean Zay est un grand serviteur de l’état et du pays. Il réforme l’enseignement dans ses structures, comme dans sa pédagogie (activités dirigées), il prolonge jusqu’à 14 ans l’obligation scolaire et dédouble les classes au-delà de 35 élèves, crée le CNRS, jette les bases de l’ENA. Chargé aussi des Beaux-Arts, il crée la Réunion des Théâtres Nationaux, le Musée de l’Homme, le Musée d’Art moderne et celui des Arts et Traditions Populaires, développe la lecture publique, favorise le théâtre populaire, prépare le premier Festival de Cannes, invente les bibliobus, propose un projet de loi sur les droits d’auteurs, soutient la recherche scientifique et pérennise le Palais de la Découverte, organise l’Exposition universelle de 1937.

Souvenirs et solitude : son journal de captivité

Mais Jean Zay  incarne tout ce que Vichy déteste : le Front Populaire, les Juifs, la Franc-maçonnerie, la République radicale, l’enseignement public, la résistance à Hitler. Il est emprisonné sous Vichy. Il  fait partie en juin 40 des parlementaires qui embarquent sur le Massilia pour constituer un gouvernement en exil en Afrique du Nord. Ils sont arrêtés au Maroc puis condamnés par le tribunal militaire de Clermont-Ferrand au mépris de toute vérité pour désertion en présence de l’ennemi. Alors que son ami Pierre Mendès France parvient à s’enfuir presque aussitôt, Jean Zay est transféré à Marseille puis emprisonné à Riom pendant quatre années, avant d’être enlevé par la milice et assassiné dans un bois dans l’Allier, à Cusset, le 20 juin 1944. Il a 39 ans.

En prison, il tient un journal. En dépit de la dureté de ses conditions de détention, il consacre l’essentiel de ses forces à cet ouvrage qu’il prévoit de publier plus tard. Jean Zay y porte un regard avisé sur son action passée et sur la situation de la France à l’époque. C’est un livre exceptionnel, à l’image de son auteur : à la fois homme politique, résistant, écrivain et penseur d’une immense culture. Un document d’une grande valeur historique bien sûr mais aussi un livre essentiel pour la qualité de sa langue, sa sensibilité, son intelligence aiguë et son message humaniste. Xavier Béja nous offre ce cadeau de traverser avec nous le précieux document. 

Une mise en scène convaincante et convaincue

La mise en scène épurée de Michel Cochet est admirable, renforcée par la création lumière de Charly Thicot. Xavier Béja attrape son public ; il  restitue au plus proche les mots de Jean Zay et leur esprit. Il se refuse à l’apologie facile pour construire une homme parfois grand, parfois ordinaire. Comédien caméléon, il nous fait partager  la force du récit, incarne un Jean Zay attachant à la personnalité exceptionnelle. Son interprétation et la mise en scène aiguisée opèrent la légère déréalisation propre aux merveilleuses fictions. L’autobiographie se transforme en une pièce qui fonctionne comme une des nombreuses biographies de Stefan Zweig. Le spectateur s’instruit sur un homme et par lui sur l’époque qui a vu ses exploits et ses échecs. Comme chez Zweig, nous sommes captivés par l’histoire et mesurons ce que les générations suivantes doivent à Jean Zay.

JEAN ZAY, l’homme complet
D’après « Souvenirs et solitude », de Jean Zay

Adaptation et jeu : Xavier Béja
Mise en scène : Michel Cochet
Décor, Costumes : Philippe Varache
Vidéo : Dominique Aru
Lumières : Charly Thicot
Création sonore : Alvaro Bello

Crédit photo ©David Ruellan

« Multitude » de Stromae : une intention poétique réussie pour un troisième album qui fera date
L’agenda classique et lyrique de la semaine du 8 mars
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture