Livres
Jean d’Amérique, sur Opéra poussière, sa pièce lauréate du Prix RFI : « Je ne voulais pas faire une pièce biographique »

Jean d’Amérique, sur Opéra poussière, sa pièce lauréate du Prix RFI : « Je ne voulais pas faire une pièce biographique »

27 septembre 2021 | PAR Julia Wahl

Jean d’Amérique est l’heureux lauréat du Prix RFI aux Zébrures d’automne. Auteur de théâtre, de poésie et de roman, il a bien voulu répondre à nos questions sur Opéra poussière, sa pièce primée.

Il vient de vous être décerné le Prix RFI ; pouvez-vous me parler du texte concerné par ce prix ?

J’ai reçu le Prix RFI pour Opéra poussière, ma nouvelle pièce, qui raconte l’odyssée d’une résistante anticolonialiste, Sanite Belair. C’est une femme qui s’est engagée très tôt dans les combats anti-esclavagistes en Haïti. Elle a un parcours assez atypique parce qu’elle a pris des grades dans l’armée révolutionnaire haïtienne. Elle a été sergente, lieutenante… et elle va être capturée par les colons français en 1802. A l’époque, pour les rebelles capturés, les hommes sont fusillés et les femmes décapitées. Elle va refuser d’être décapitée et on finit par la fusiller. Pour moi, c’était un geste politique très fort. Elle avait 21 ans. En Haïti, on connaît son nom, mais pas forcément son histoire. On n’apprend pas du tout son histoire à l’école. Je me suis intéressé à sa représentation, aujourd’hui, dans l’Histoire dispensée dans les livres, à l’École… mais aussi dans les espaces de représentation symbolique. Par exemple, en Haïti (c’est quelque chose que j’évoque dans la pièce), sur la place du Champ de Mars, la plus grande place publique du pays, il y a une partie dédiée à des héros [Toussaint Louverture, Jean-Jacques Dessalines, Alexander Pétion et Henri Christophe]. Il y a toujours quatre héros qui reviennent et c’est le Panthéon intouchable de l’Histoire haïtienne, ces pères de la nation. Moi, je cherchais un autre visage et me demandais pourquoi Sanite Belair n’y était pas représentée. Du coup, dans la pièce, je la fais revenir d’outre-tombe, elle se réveille de la poussière et revient nous hanter. Elle va passer par les réseaux sociaux pour lancer un mouvement, pour essayer de réclamer sa place dans la grande Histoire.

C’est donc une œuvre très ancrée dans le présent, tout en s’intéressant à une figure historique…

Oui, parce que je ne voulais pas faire une pièce biographique essentiellement, mais partir de son parcours et ancrer cela dans notre temps, dans le monde dans lequel on vit, avec ses outils. Elle revient deux siècles plus tard et utilise nos outils.

Cette pièce est-elle publiée ?

Elle n’est pas encore publiée, ça sortira probablement l’année prochaine.

Pour vous, quel est l’avantage d’avoir le prix RFI ?

C’est magnifique, parce que c’est un prix qui a un très grand rayonnement et qui propose un accompagnement pour le texte. Ça permet au texte de circuler, de rencontrer des gens, d’organiser des mises en lecture, des résidences… En plus, j’avais déjà candidaté plusieurs fois pour le prix, j’étais finaliste à deux reprises, en 2018 et 2019, donc c’est super de l’avoir cette année ! [rires]

Vous m’aviez parlé tout à l’heure de la question de la mise en scène. Pour l’instant, il n’en est pas encore question, si j’ai bien compris. Vous avez des pistes ?

Il y a des pistes, mais je ne peux pas encore vraiment en parler, parce que ce n’est pas encore fixé. Mais je sais qu’il y a plusieurs personnes qui sont intéressées. Et moi, j’ai très envie de la voir mise en scène aussi !

Photo : Christophe Pean

Le rideau tombe sur le Village de Cirque #17
Deux bracelets de Marie-Antoinette mis aux enchères à Genève
Julia Wahl
Professeure de lettres durant dix ans, chargée de production de diverses compagnies de danse ou de théâtre, chargée d'action culturelle et des relations publiques... Tout ce qui a trait à la promotion de la culture et au développement de ses publics me passionne. Parce que l'on ne peut voir un spectacle sans vouloir transmettre ses émotions, je chronique régulièrement le cinéma, le théâtre et la politique culturelle pour Toute la Culture.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture