Théâtre
[Interview] Laura Bolgheri & Cécile Charbit « Festen est un monument »

[Interview] Laura Bolgheri & Cécile Charbit « Festen est un monument »

10 avril 2014 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Laura Bolgheri & Cécile Charbit adaptent le film Festen au théâtre. La première aura lieu le 17 avril au Théâtre de Théâtre de Ménilmontant, l’occasion pour nous de poser quelques questions au duo

Comment traduire l’esprit du Dogme sur le plateau ?

Le Dogme 95 est marqué par un retour à une simplicité formelle, à une esthétique dépouillée. Nous avons aussi fait ces choix dans notre mise en scène. Il ne retourne pas d’une volonté de respecter le Dogme mais de rendre l’expression de l’émotion et de la violence très frontale.
Cette prise directe avec le réel est traduite dans les films du Dogme 95 par des mouvements de caméra incessants puisque tout est filmé caméra au poing. Nous avons gardé cette idée : un des invités filme sans grand discernement le dîner. Le retour vidéo en direct permet au spectateur de voir ce qu’il ne voit pas habituellement, d’être convié au festin.

Avez- vous la sensation que Festen est un film mythique aujourd’hui ?

Festen reçut le prix du Jury à Cannes en 1998 et fut un véritable choc pour ses spectateurs de l’époque. Il est mythique au sens premier du terme puisqu’il fonde le Dogme.
Festen est plutôt un film lié à sa génération mais garde sa notoriété de film choc aujourd’hui. Lorsque l’on parle de Festen, ceux qui ne l’ont pas vu en ont tout de même une idée : c’est un monument.

Est-ce la première fois que vous faites passer le cinéma au théâtre ?
Oui. Mais l’adaptation de l’écran à la scène n’est pas de notre fait, c’est Thomas Vinterberg qui l’a écrite avec un ami.

Quelle mise en scène avez-vous choisie?
Notre mise en scène a pour enjeu d’exacerber le réel.
Nous nous sommes cependant éloignés du naturalisme du film. Festen est une tragédie aux allures de grandes fêtes. La mise en scène met l’accent sur le contraste entre la festivité de l’anniversaire et le drame qui est vécu. Nous avons travaillé avec l’alternance de la violence et de l’humour, du silence et de l’agitation…

Comment s’est passée la construction du spectacle ?
Notre pièce est née en fin d’études aux Cours Florent. Nous l’avons reprise en plusieurs étapes, pour différentes représentations, avec notamment des changements de distribution. Chaque représentation est pour nous un moment de remise en question et amène de nouvelles étapes de travail.

Visuel : © DR

Infos pratiques

Odéon Théâtre de l’Europe
Les Gémeaux
theatre_de_menilmontant

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture